Après un premier EP intitulé “Shi Fu Mi” sorti en 2019, le premier album de Reynald, “Wayanga” sort aujourd’hui dans les bacs ! Mediamag l’a rencontré il y a quelques jours à cette occasion.

En plus d’être le nom de votre album, Wayanga est aussi un des 12 titres de ce premier opus. Que signifie-t-il ?
Wayanga est le nom d’une association de soutien aux peuples autochtones d’Amazonie. Personnellement, ça me fend le cœur de voir qu’on brûle leur forêt, leur espace de vie. Je suis assez proche de la nature, je pratique le surf donc je trouve ça violent de décimer des forêts…

C’est pour cela qu’à chaque album acheté, 1 euro sera reversé aux associations pour protéger l’Amazonie.*

Comment trouvez-vous l’inspiration pour composer ?

Ce sont les voyages. A chaque fois que je pars, je me lance le défi de revenir avec une chanson. Quand je suis revenu de Guadeloupe, j’ai composé le titre “Gwadacity”. Je compose en fonction des terres que je foule.

Qu’est-ce qui vous passionne dans ce métier ?

La chance car il en faut beaucoup. Chanter, donner du plaisir aux gens, faire sourire les gens, faire de la scène même si on est punis en ce moment.

Qui sont vos modèles d’inspiration artistique ?

Je suis fan de Nirvana, surtout de Kurt Cobain et Georges Brassens. Ce sont deux personnages très différents qui ont bercé mon enfance, qui sont dans ma tête et que j’écoute toujours. A côté de ça, il y a Rolling Stones, la variété française. J’aime beaucoup Daniel Balavoine mais généralement tous les artistes français, chacun à son style.

Quelle est l’histoire du titre “Blanc-Bec”? 

Dans cette chanson, je mets sur un pied d’estale les idoles qui ont bercé mon enfance, qui ont été des sources d’inspiration. En tant que chanteur je rêve d’avoir la voix de Michael Jackson, d’aller chercher des rimes : je suis un peu comme Eminem dans le film 8 Mile.

Si vous étiez une chanson vous seriez ?

“Les Passantes” de Georges Brassens. J’aime bien celle-là. C’est d’ailleurs la seule chanson qu’il n’a pas écrite? Cette chanson est la seule qui n’a pas écrite. Il a trouvé ce texte dans une foire, l’a gardé pendant 10 ans sur son armoire de cuisine avant de la mettre en musique.

Si vous étiez un style de musique ?

Le reggae. Pourquoi ? Ça va bien avec le surf, c’est solaire. On peut mettre toutes les chansons en reggae. Même “Quelqu’un qui m’a dit” de Carla Bruni que j’ai repris.

En 2012, vous avez été sur scène avec Louis Bertignac, quel souvenir gardez-vous de ce moment ?

C’est une légende, c’est le meilleur guitariste de la planète pour moi. Pouvoir jouer avec lui, sur ses compositions c’est juste magique. Il a beaucoup apprécié une de mes chansons, “Répondeur” (rires).

Le mot de la fin ? Tout homme s’enrichit quand abonde l’esprit. A méditer.

* Les exemplaires physiques de l’album “Wayanga” seront à vendre sur le site de Reynald et sur Amazon.

Retrouvez l’actualité de Reynald ici :

Youtube

Instagram

Facebook