Après son succès pour le film Mommy, qui lui avait valu le prix du Jury au festival de Cannes 2014, le réalisateur québécois, Xavier Dolan, reprend à l’écran la pièce de Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde.

Le film met en scène Louis, un artiste, brillement interprété par Gaspard Ulliel, qui après douze années d’absence retourne dans son foyer familial pour annoncer sa mort prochaine. Mais dans cette famille où l’amour se porte à travers d’éternelles querelles, où les paroles ne sont pas faites pour être écoutées, le silence va se charger d’exprimer la vérité.

Si le casting de ce dernier film de Xavier Dolan impressionne, de Léa Seydoux à Marion Cotillard en passant par Nathalie Baye et Vincent Cassel, le réalisateur québécois, fidèle à lui-même, signe une œuvre d’exception où l’esthétique visuelle, la bande son choisie avec soin (Moby, O-Zone, Blink-182 , Grimes,…) et l’intrigue offrent aux spectateurs une claque émotionnelle.

Le jeune réalisateur de 27 ans nous invite une fois de plus à s’interroger sur notre langage et nos habitudes de communications, à réfléchir sur nos relations, et ce sentiment d’être constamment incompris qui ronge notre existence. Juste la fin du monde cherche à nous sortir de cet individualisme qui nous pousse constamment à parler, et à répondre à la place des autres pour ne pas les écouter ou pour ne pas être déçu par la réponse de l’autre.

Ayant remporté le grand prix du Festival de Cannes 2016, le dernier film de Xavier Dolan ne manquera pas de vous faire aimer la vie, les hommes et leurs défauts.

Melissa David