Loolapalooza, Solidays, Les Eurockéennes… Le mois de juillet a été riche en festivals, et Mediamag a eu la chance de pouvoir vous montrer les plus beaux moments de ces événements musicaux !

Il n’en manquait plus qu’un à vous raconter : les Vieilles Charrues ! C’était du 13 au 16 juillet, à Carhaix (Finistère), sous un soleil incroyable (que l’on n’a que très peu revu après…). L’équipe de Mediamag a pu se rendre sur le site du festival la journée du samedi, avec un programme intéressant mais surtout, très diversifié.

Car à 15h, c’est Vianney qui ouvre le bal ! Je te déteste, Pas là et ses tubes plus récents Je m’en vais, Moi aimer toi, et Dumbo… Vianney enchaîne les titres, avec pour seule compagne sur scène, sa guitare. Le chanteur de 26 ans prend même le temps d’interagir avec le public entre deux chansons. Pendant une heure, Vianney fait un show qui réussit à chauffer le public pour les dix heures suivantes. Nous avons d’ailleurs assisté à la conférence de presse de Vianney : son ressenti, ses projets, ses albums, et ses inspirations… Vianney a élégamment répondu à toutes les questions ! Une conférence de presse que vous pouvez regarder sur la chaîne Youtube des Vieilles Charrues.

Crédits photos : Mathieu Ezan

Puis ce fut au tour de la chanteuse Camille d’entrer sur scène, et de délivrer un spectacle correspondant à son image : d’une douce folie. Pieds nus, Camille a également fait monter des spectateurs sur scène pour une danse improvisée. Si certains ont adoré son show, d’autres ont regretté son côté trop monotone. Dommage…

Etre aux Vieilles Charrues, on le sait, c’est aussi faire des choix : bien souvent, les concerts ont lieu en même temps sur des scènes différentes. Difficile alors de choisir, lorsque le duo de Colorado et le trio The Naive New Beaters entrent, à 15 minutes d’écart, sur scène… Alors quand on ne veut pas choisir, on regarde les deux ! Nous avons commencé avec Colorado : une petite fierté pour la Bretagne, car les deux artistes qui forment le duo (Martin et Charles), sont originaires de Saint-Brieuc ! Ces deux garçons –de la même génération que Kungs ou Petit Biscuit– ont un style bien à eux : une musique qui résonne électro mais avec des sonorités parfois rock. Si l’on écoute bien, on pourrait presque retrouver une inspiration venant de Griefjoy, ou encore de Depeche Mode.

Puis nous avons quitté Colorado, pour nous retrouver face aux Naive New Beaters : notre coup de cœur du festival ! Les trois parisiens, connus pour leurs personnalités et leurs looks loufoques, ont été drôles, efficaces, et ont su prouver combien leur talent était immense. Ils ont même partagé la scène avec la « power chorale » le temps d’une chanson. Et si vous vous demandez ce qu’est la « power chorale », il s’agit en fait de la chorale d’enfants de la ville de Carhaix ! Enchaînant les titres (…), David Boring –non, ce n’est pas son vrai nom- a même instauré une compétition entre Les Vieilles Charrues et Mainsquare, en lançant une chaloupe dans le public ! On aurait aimé que ce concert dure des heures !

Crédits photos : Nico M Photographie

Avant de se diriger vers le concert d’Arcade Fire, nous avons pu jeter un œil à Royal Blood (un groupe anglais de rock, qui vaut vraiment la peine d’être écouté), dont les sonorités n’étaient pas sans rappeler le bon rock britannique des années 90.

Et puisque l’on parlait d’Arcade Fire : les canadiens ont enchainé les titres sans jamais s’arrêter ! Si leur concert manquait quelque peu d’interaction, on ne peut leur reprocher leur investissement sans faille durant le show. Pas un blanc, pas de longues pauses : le public a pu chanter et certains ont pu s’inventer rois et reines du air guitar.

Crédits photos : Mathieu Ezan

Enfin, nous nous sommes intéressés aux deux artistes très attendus de la soirée : M.I.A et Jean-Michel Jarre.

La britannique M.I.A, arrivée en retard –et repartie en avance – mais lui en veut-on vraiment ? – donnez-nous votre avis- a enchaîné les tubes de son dernier album, malheureusement trop peu connus. Seul défaut de ce concert : le son des basses étant très fort, il était difficile d’entendre la voix pourtant incroyable de M.I.A. Mais la chanteuse nous a impressionnés par ses talents de danseuse, et sa manière de faire de la scène, son terrain de jeu. C’est au bout de 45 minutes que M.I.A a repris ses deux plus gros tubes, Paper Planes et Bad Girls : c’est aussi à ce moment-là que le public –qui avait recommencé à danser- s’est (ré)chauffé pour Jean-Michel Jarre qui prenait la suite.

Un Jean-Michel Jarre en très grande forme pour clôturer cette 26ème édition des Vieilles Charrues : et même si l’électro n’est pas un genre que tout le monde apprécie, il faut bien avouer que Jean-Michel Jarre en est le roi, et qu’il s’agit de SA création. Les jeux de lumières étaient en parfaite cohérence avec son set : de quoi finir la soirée (ou commencer sa nuit, pour certains) en grandes pompes !

Crédits photos : Mathieu Ezan

Vous l’aurez compris : les Vieilles Charrues 2017, c’était THE place to be. Nous sommes ressortis éreintés, mais la tête plein de souvenirs (dont on voulait évidemment vous faire part !).

On attend, avec hâte, l’édition 2018 ! Et vous, êtes-vous allés aux Vieilles Charrues cette année ? Qu’en avez-vous pensé ?

Merci à l’association des Vieilles Charrues de nous avoir permis de passer une journée musicale inoubliable !