Le 26,27,28 juin se tenait le festival “Solidays” à l’Hippodrome de Longchamp. Rassemblant 80 artistes, ce festival qui a accueilli une fréquentation de plus de 180000 festivaliers tout au long des trois jours, a pour but de mêler solidarité, prévention et surtout musique!

Tout au long de ces trois jours, nous avons pu entendre sous les différents chapiteaux des artistes différents de par leur étiquette musicale, car oui, ce n’est pas un festival qui se cantonne à un style musical propre. On passe du jazz énergique de Saint Paul and the broken bones… au rap rave psyché de Die Antwoord pour finir par une douce berceuse de Yael Naim.

Autant d’artistes présents ici pour défendre une cause de l’association Solidarité Sida, dont Luc Barruet en est l’initiateur et Antoine de Caunes le président d’honneur. Nous vous proposons d’ailleurs de visionner la conférence de presse qui résume cette édition 2015 avec l’intervention de Luc Barruet, Antoine de Caunes, Yann Arthus-Bertrand, Maïtena Biraben, Sebastien Folin et des intervenants venus d’Afrique.

Nous avons pu faire de nombreuses découvertes musicales à travers des rencontres comme Soviet Suprem, Hyphen Hyphen, Grand Blanc….:

Soviet Suprem est un groupe assez atypique construit sur l’idée d’une renaissance de l’empire soviétique par R.WAN de Java et TOMA de La Caravane Passe. Tous deux ont leur personnage: Sylvester Staline et John Lenine. L’idée était donc de faire un groupe aux sonorités de l’EST pour “contrer” tous les artistes qui, aujourd’hui, ne jugent que par les sons américains:

Grand Blanc est un groupe qui donne beaucoup d’importance aux paroles qu’ils composent, essentiellement en français. Il y règne parfois une atmosphère angoissante et froide mais qui arrive tout de même à faire réagir le public, grâce à la puissance de la composition.

 

Fakear, jeune français reconnu aujourd’hui à l’international grâce à ses productions électroniques douces et faisant voyager son public.

Hyphen Hyphen n’en sont pas à leur première édition des Solidays. C’est un groupe qui monte en ce moment avec leur titre “just need your love” diffusé dans plusieurs radios. Ils nous parlent de la signification de leur peinture sur leur corps, de leur prochain album et de leur musique.

Les artistes pouvaient aussi donner des conférences de presse. Nous avons pu en poser quelques unes à Vianney, Lilly Wood and the prick, Yael Naim:

 

Nous n’oublions pas les centaines de bénévoles qui ont pu être présent à chaque instant pour les festivaliers!

Merci à l’Agence Batcave (Jérémy, Sandra…) et aux autres nombreux attachés de presse des artistes!