En ce mercredi 26 octobre, sort au cinéma un petit bijou, “Sing Street”. Un film qui se passe dans l’Irlande des années 80 où la musique a une très large place…

Sing Street” se passe à Dublin dans les années 80. Une période où le pays est sinistré, morose, notamment à cause du fort taux de chômage et de la récession, si bien que tout le monde fuit l’Irlande pour rejoindre Londres.

Conor, un ado qui fréquente dorénavant une école publique catholique de garçons dirigé par le frère Barnabas où il doit porter un uniforme et des chaussures noires se voit dans l’obligation de créer un groupe de musique pour être crédible auprès de Raphina, la fille qu’il veut séduire. Il lui a fait croire qu’il était musicien et qu’il l’embauchait pour son clip. Avec les loosers de l’école – tous victimes de Barry la brute – il va donc s’atteler à crée un groupe qui tient la route. Très inspiré par les groupes qui font sensation dans “Top of the Pops” à l’époque comme Duran Duran ou Depeche Mode, Conor décide que leur musique sera “futuriste”.

Conor se réfugie dans la musique car ce n’est pas la joie à la maison. Il a une sœur et un grand frère – qui passe sa journée à fumer des joints – son modèle avec qui il se rêve en musicien en regardant “Top of The Pops“. Ils subissent les problèmes de leurs parents en pleine séparation à une époque où le divorce est interdit.

Pour son look, Conor, chanteur du groupe, s’inspire beaucoup de l’androgynie de David Bowie et se présente maquillé à l’école, ce qui lui vaudra quelques déconvenue avec le frère Barnabas. Il en tirera une chanson très drôle.

Ferdia Walsh-Peelo est Conor dans "Sing Street"

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne pleut quasiment pas dans l’Irlande filmée par John Carney, si ce n’est quand dans la toute dernière scène du film. Les images – de très belle qualité – nous font faire un bond d’une trentaine d’années en arrière. Les walkman à K7 des héros nous y aidant aussi. La scène du bal de promo nous emmène encore plus loin dans le passé avec un saut dans les années 50 avec des costumes et une ambiance vintage très sympa.

Cette comédie dramatique n’en demeure pas moins drôle avec quelques bonnes répliques. Dans sa version originale, l’accent des acteurs, dont la plupart sont Irlandais comme le réalisateur, est très prononcé.

Ferdia Walsh-Peelo, Mark McKenna dans "Sing Street"

Mais, l’une des plus grandes qualités de ce film c’est sans nul doute sa bande-originale composée par The Edge et Bono de U2, pour les chansons originales. Le générique de fin, “Go Now” est même interprété par Adam Levine, le chanteur de Maroon 5. La bande son comporte aussi des titres très célèbres comme “I fought the law” des Clash, “Stay Clean” de Motorhead , “Rio” de Duran Duran ou encore “Inbetween Days” des Cure.

Tout au long du film on va alors découvrir les chansons du groupe dénommé “Sing Street” des chansons pop, un peu rock et très sympathiques car composées par Bono et The Edge.

“Sing Street”, sélectionné lors du dernier festival du film britannique de Dinard a remporté de nombreux prix dont le Hitchcock d’or : grand prix du jury, le Hitchcock du meilleur scénario, le Hitchcock du public et le Hitchcock « Coup de cœur ».

Crédit photos : Mars Films