Si vous suivez un peu la presse people ou êtes tout simplement actifs sur Twitter, vous avez sûrement dû assister à la déferlante de « memes » mettant en avant le prénom de l’enfant de Grimes et Elon Musk : “X Æ A-12”. Bien que ce prénom peut faire rire, (il n’a d’ailleurs pas été accepté par l’État de Californie, là où vit le couple), on en oublierait presque le génie habitant Grimes, une virtuose en art et en musique, qui a sorti son 5ème album en février dernier.

Grimes et Elon Musk au Met Gala 2018 – Source Image

Grimes, de son vrai nom Claire Boucher, née en 1988 à Vancouver, Canada, est l’une des meilleures artistes qu’il nous ait donné l’occasion de connaître depuis quelques années. Depuis son premier album Geidi Primes en 2010, puis Visions en 2012, ou encore le fameux Art Angeles en 2015 qui a complètement propulsé Grimes sur la scène internationale, il est aujourd’hui possible de dire que Grimes est une artiste complète, de par sa capacité à créer elle-même ses musiques de A à Z ainsi que ses clips vidéo. Elle est définie par la fameuse créatrice de mode Stella McCartney lors d’une interview en 2016 comme l’artiste qui fait la meilleure musique pop de la planète”.

Cette année 2020 a été bénie par l’arrivée du 5e album de Grimes, Miss Anthropocene, qu’elle considère comme le meilleur album qu’elle ait réalisé jusqu’à aujourd’hui, au grand plaisir de nos capacités auditives. Grimes décrit Miss Anthropocene comme « l’acte de tuer une baleine » : un acte horrible mais si colossal qu’il en découlerait presque une “certaine” beauté. Cela rappelle un peu la guerre, qui fait partie des pires périodes de l’humanité mais qui dans un sens donne lieu à des inventions technologiques toujours plus poussées. Par ailleurs, l’artiste voulait vraiment incorporer cette idée de guerre ainsi que l’atrocité dont l’humain est capable via des paroles parfois agressives ou des beats assez violents.

Grimes dans le Clip IDORU – Source Image

Le thème de l’album, son concept ?

Miss Anthropocene est en fait un genre de “calembour”, qu’il faut diviser en deux afin de révéler deux concepts bien précis :

  • La misanthropie, qui est l’acte ou le fait de détester le genre humain dans son entièreté.
  • L’anthropocène, qui dans l’échelle géologique du temps, est un nom caractérisant l’ensemble des changements climatiques causés par l’homme depuis son apparition sur Terre.

De ce fait, on peut penser que l’album est un acte politique et émotionnel, où Grimes déverse sa haine envers le genre humain, ses tristesses passées ainsi que sa perte de foi envers l’humanité (super !). Pas d’inquiétude : lors d’une récente interview accordée à Pitchfork en avril 2020, l’artiste déclare que sa foi en l’humanité est réapparue, pour X ou Y raisons.

On peut retrouver ces émotions de haine et de tristesse dans le titre My Name is Dark, dont le thème est l’autodestruction, ainsi que la guerre que l’on mène à l’intérieur de nous-mêmes. Les lyrics « imminent annihilation sounds so dope » ou « that’s what the drugs are for » (qui devait être le titre original de la chanson, mais son label n’a pas accepté ce titre), montre que lorsque l’on est en dépression, on n’en a presque plus rien à faire de ce qu’il peut nous arriver…

Delete Forever, un autre titre, raconte la chute émotionnelle que Grimes a ressentie lors de la mort de son groupe d’amis le plus proche (la plupart sont morts en grande partie à cause de la consommation d’héroïne et d’opium en tous genres). Elle raconte qu’elle a vécu ça comme une expérience d’après-guerre, comme si les gens les plus proches d’elle avaient été « supprimés de la Terre pour toujours » (comme un fichier d’ordinateur que l’on place dans la corbeille).

Grimes dans le clip Delete Forever – Source Image

De ce fait, elle aurait aimé se tourner vers des New Gods dont elle parle dans un track intitulé de la sorte, ces « modern post-technological gods » qui seraient les seuls à pouvoir la sauver de ses tourments, car la planète serait devenue un endroit trop triste et où vivre serait devenu émotionnellement insupportable.

Le top 3 des chansons préférées de cet album pour la rédac

  • So Heavy I Fell Through the Earth : en contraste avec d’autres chansons de l’album, c’est un appel à l’espoir et à l’amour (envers sa nouvelle famille ?).
  • We Appreciate Power : “What would it take, to make you capitulate” serait peut-être Miss Anthropocene, la déesse du changement climatique, parlant à l’humanité. 
  • Violence : une chanson que l’on pourrait facilement écouter en bar/boîte de nuit et qui est d’ailleurs réalisée avec le produteur i_o. De base, elle voulait réserver cette chanson pour son prochain track-record (un prochain EP/album potentiel ?).

Enfin, un autre titre nommé Dark Souls devait apparaître dans Miss Anthropocene et était même pour Grimes le meilleur titre de l’album ! Malheuresement, elle a décidé de ne pas l’y inclure car il était devenu un cauchemar en termes d’ingénierie du son. Elle l’a donc remplacé par Violence. Grimes a cependant récemment avancé qu’elle sortirait Dark Souls plus tard dans l’année. Se pourrait-il donc que ce soit sa prochaine sortie musicale ? On espère en tout cas à la rédac’ !

Miss Anthropocene est un album qui nous donne une tout autre perspective de l’humanité : peut-être serions-nous les méchants d’un univers que Miss Anthropocene et d’autres New Gods combattraient afin de sauver la terre de notre impact ? L’album est aujourd’hui disponible sur toutes les plateformes de streaming musicales, allez donc y prêter une oreille attentive, vous serez positivement surpris !

11 titres principaux :

So Heavy I Fell Through the Earth (Art Mix)

Darkseid ft Pan

Delete Forever

Violence ft i_o (Original Mix)

4ÆM

New Gods

My Name is Dark (Art Mix)

You’ll miss me when I’m not around

Before the fever

IDORU

We Appreciate Power ft Hana

4 titres bonus :

So Heavy I Fell Through the Earth (Algorithm Mix)

Violence ft i_o (Club Mix)

My Name is Dark (Algorithm Mix)

IDORU (Algorithm Mix)

Par Samy Hamiche