Ce lundi soir 16 Janvier avait lieu le Virgin Radio Live à Paris, dans les sous sols du Palais de
Tokyo, au Yoyo.

19h30 : Le Yoyo ouvre ses portes. Les tours d’enceintes et la scène pleine d’instruments et de
micros promettent une soirée riche en mélodies et en sons Pop-Rock-Électro .
Calum Scott, Damien Lauretta, les Naïve New Beaters et Vianney sont attendus ce soir.
Virgin Radio dans les enceintes pour patienter jusqu’à 20h, la salle se remplit petit à petit, et les fans se regroupent devant la scène.

16112831_10158098086680486_5857618558283230289_o

En réalité, les lumières ne s’éteignent pas avant 20h30, la musique se fait désirer !
« Bonjour le YOYO ! » Lionel du Lab’ anime la soirée et entre enfin en scène.
Le teasing ça le connaît, et c’est avec son expertise qu’il énumère les artistes à venir, en prenant soin de faire durer l’attente… Ses musiciens entrent en scène, Lionel l’annonce, ça y’est, Calum Scott, l’interprète de « Dancing on My Own », ouvre le Virgin Radio Live !
L’Anglais à la voix travaillée vient pour la première fois en France, et il ne manque pas de le faire savoir. Il interprète 5 chansons de son répertoire, essentiellement basées sur la voix et le piano pour la plupart, et en dédicace même une aux gens « qui lui font lever les poils et lui mettent la larme à l’oeil » (in English please!) dans lesquelles il inclut le public présent ce soir !

Après avoir chauffé l’audience, en douceur mais comme il se doit, Calum laisse place à Lionel :
changement de matos, première entracte. Seule* entracte en fait.
Damien Lauretta est le deuxième à s’exprimer ce soir, et son fan club (une dizaine de jeunes filles
collées à la scène,Snapchat à l’affût) l’attendait avec impatience. L’artiste en pleine écriture de son
album enchaîne 5 chansons, dont 3 reprises, essuyant même un petit problème technique, qu’il a su gérer sans problème. Son tube « Fall in Love » met tout le monde d’accord. L’acteur de Violetta (Nème série musicale à la sauce disney channel) confie rêver que Dreaming, son deuxieme titre,rencontre autant de succès que le précédent. L’avenir nous le dire, en tout cas, le Yoyo a bougé en rythme !

Petite vidéo d’interlude, le temps d’installer le matériel des fous furieux de Naïve New Beaters.
Le public est prévenu : ça va swinguer !

16143810_10158098087835486_1884564946641832953_o

Batterie, basse, clavier, gratte, folie. Un savant mélange porté par le trio David Boring, Martin
Luther BB.King et Eurobelix, accompagnés de Zoé et Audrey, capable de vous faire danser
n’importe quel groupe d’êtres humains présents sur cette planète.
Faisant appel au public afin qu’il se rapproche de la scène « dans un but de créer une promiscuité un peu plus en promiscuité », David Boring annonce la couleur : chez eux, on rie et on participe !
Enchaînant leurs tubes du moment comme Heal Tomorrow ou Shit Happens, les « franco-
californiens » auto proclamés affolent le décibelomètre ! Martin L.BB.K à la guitare se lance dans des solos dont lui seul a le secret (et moi aussi, ayant pu approcher son matos….), pendant que Eurobelix et David B. accompagne le public dans une « Chaloupe de gauche à droite » :
littéralement : balancements latéraux de votre carcasse, les bras levés.

16115056_10158098091170486_3260030523734775778_n
Les Naïve New Beaters on réveillés le Yoyo à coup de distorsions savamment accompagnés de
synthés gras et rock, fin prêt à applaudir le chanteur français du moment, Vianney.
Lionel l’a dit : Il est en tête des ventes d’albums ces dernières semaines, avec son deuxième opus,
éponyme cette fois.

15972671_10158098094240486_5743884544123530559_o

Le public complet applaudit et l’acclame, c’est sûr, Vianney est populaire et aimé.
« Quand je serai père », pas la plus joyeuse, mais une des plus sincères de ses chansons. C’est avec elle qu’il entame son mini-concert. Comme sur ses tournées, Vianney n’est qu’en guitare-voix, accompagné de sa Loop (pédale permettant de boucler une phrase musicale) il joue seul comme ils joueraient à 4 ou 5. à tel point que les dbs montent encore plus haut que les NNB, lui arrivant même à chatouiller les 106 db !
Malgré son look d’enfant sage ; son œil et ses blagues trahissent sa malice, et le public aime et participe : ses chansons sont connues de tous. Il a bien évidemment gâté tout le monde de son
fameux « Pas là », mais a aussi interprété « Je m’en vais » et « Dumbo ».
Il fait résonner ses dernières notes de guitare après un rappel obtenu à la demande générale, puis se retire : la soirée est terminée.

Il est tard, mais tout le monde à une chanson en tête, et c’est impatient de revivre ça qu’on rentre, prêt à aller n’importe où pour « Veronica ».

VirginRadio a organisé un live de toute beauté qui aura su contenter tout un chacun, le tout
retransmis sur Facebook en direct, pour que tout le monde passe un « Blue Monday »
exceptionnel.

Florian Lanoir