Géraldine, Jules, Adrien et Vincent se sont rencontrés au collège. Après quelques années passées sous le nom de The Dodoz, revirement total. The Dodoz est mort, vive… Las Aves !

Issus d’un passé plus rock, ils reviennent aujourd’hui avec une identité que l’on ne saurait décrire : et c’est cela qui devient intéressant ! ArtPop, psyché, rap, future wave ? On ne peut pas les mettre dans une case, ou du moins, s’il en faut une, c’est peut-être celle de l’originalité. Sur leur pochette d’album, une soucoupe volante est représentée. On pourrait l’analyser comme l’image du groupe qui arrive dans le paysage musical français, avec plein de bonnes ondes. Avant même qu’ils n’arrivent au label Cinq7, leur album était déjà prêt : une belle preuve d’authenticité pour ce groupe. Entre ambition et création, place à l’énergie de Las Aves.

Après The Dodoz, place à Las Aves ! Vous avez décidément envie d’être proche de la lignée volatile : 
Elle nous permet de faire un lien de parenté entre les deux. Las Aves c’est aussi un archipel à l’ouest du Venezuela.

Archipel de Las Aves. (Oui, c'est tout petit)

Archipel de Las Aves. (Oui, c’est tout petit)

De plus, il y a comme un envol avec ce nom. On a pas mal brainstormé sur lui. On en voulait un qui ne raccroche pas à la musique qu’on fait, qui ne soit pas un « cliché ».

Vous pensez retrouver le public de votre ancien groupe ?
Il y a une partie qui nous suit encore… Mais on a gagné pas mal de nouveaux !

Au niveau de l’écriture, comment ça se passe chez Las Aves ? 
On a composé l’album à 4, avec Adrien (frère jumeau de Jules) qui n’est pas là pour cause d’un autre projet. Ce qu’on fait c’est qu’on compose chacun de notre côté puis après, on s’envoie notre travail. Si on aime, on le retravaille ensemble, quitte à modifier plein d’éléments. Au final, on a un peu la même vision… C’est pour ça qu’on est un groupe !

Sur scène vous êtes tous en blanc…
Oui on aime bien être dans l’uniformité. Tels des gens étranges, des cosmonautes. Dans les photos de presse, on a comme l’impression qu’on vient d’atterrir ! On a aussi voulu faire passer le message qu’on est un vrai groupe uni, sans différence de leader : tout le monde est à la même enseigne ! On aime bien ce côté “équipage”.

LAS AVES1174

Votre premier album s’appelle « Die in Shangai » … Quelqu’un est mort là-bas ?

Personne n’est mort à Shangai. En fait ce titre, c’est un peu comme celui d’un film : il y a plusieurs lectures et on a pas forcément envie de l’expliquer. Chacun se fait sa propre histoire avec les paroles présentes sur l’album. Ce CD, c’est la liberté d’aller partout, puis d’imaginer un endroit, un ailleurs…

Sur l’album, le titre Perfect Mess est en deux parties… Pourquoi ?

On aimait bien l’idée de faire un interlude dans l’album. On a des morceaux assez prenants, assez compacts, du coup on aimait bien l’idée d’une respiration au milieu. Dans ce qu’on écoutait dans les années 1990, il y avait beaucoup de ça. Maintenant, le streaming enlève ce besoin de “pause”.

Le titre N.E.M, surligne le fait que Geraldine ait un surnom… Une explication de ce sigle ?

Un surnom qu’on me donne depuis que je suis petite. Il y a aucun sens. NEM n’a aucun rapport avec ce qui est apprécié habituellement dans la cuisine chinoise haha !

Cet album a été produit par Dan Levy de The Do… Vous pouvez nous parler de cette rencontre ?

Quand on était encore sous le nom The Dodoz, on avait croisé Dan a un festival. A première vue, on pensait que c’était… Un gros connard ! Et de même, lui pensait qu’on était des petits cons… C’était le coup de foudre instantané haha ! Un jour, alors qu’on avait terminé un travail de plusieurs titres dans un studio à Toulouse, on s’est dit : il faut qu’on contacte ce fameux Dan Levy car on avait envie d’aller plus loin ! On lui a envoyé un mail, il a adoré notre travail et est venu nous voir à Toulouse ! Il nous a vraiment fait avancer dans la façon de composer, de penser les morceaux. Grâce à lui, on a aussi sauté le pas pour utiliser des synthés.

Dan Levy et Olivia Merilahti de The Do, par Pauline Darley

Dan Levy et Olivia Merilahti de The Do, par Pauline Darley

I dreamed est un duo avec Olivia Merilahti de The Do…

Ça c’est fait très naturellement. Le couplet avait une mélodie de guitare : c’est un air qui lui va bien. On lui a fait une proposition et elle a accepté de faire ce duo.

Vous aimeriez un autre duo ?

Beth Gibbons de Portishead… Mais pour le moment elle ne peut pas.

Votre logo, c’est un aigle très graphique qui a été dessiné par Ferry Gouw. Il a entre autres, fait des visuels pour Major Lazer !

las aves
On lui a aussi envoyé un mail. Pour toutes les idées de collaborations, on fonctionne vraiment au “kiff”!

Cet été, vous allez courir pas mal de festivals : Solidays, Sziget, Garorock, Sound City… Vous êtes prêts ?

On s’échauffe, on fait du sport, on s’étire et “Let’s go” ! On va aussi essayer de rencontrer nos idoles du genre Mac DeMarco, Ratatat, Last Shadow Puppets, The Kills…

La playslist du moment de Las Aves :

Le dernier album de Radiohead A moon shaped pool,  Kwamie Liv Lost in the girls, Santigold, Broadcast, Autolux, Fishbach et… France Gall !

Die in shangaï, disponible le 27 Mai