Cette année, Élodie Gossuin a remplacé Justine Fraïoli auprès de Bruno Roblès dans « Le Meilleur des Réveils« , la matinale de RFM. Les deux animateurs ont fait leur rentrée le 31 août. Nous avons pu assister à leur émission et les rencontrer lors de leur première semaine d’antenne ensemble. Interview (presque) matinale dans les studios de RFM.

Ambiance studieuse dans les studios de RFM. Pendant les coupures pub et les chansons, Bruno et Elodie sont très concentrés. Elodie relit ses fiches, l’horoscope qu’elle va annoncer. Bruno surveille l’heure de près avec Pat Angeli, le réalisateur de l’émission. Pour sa première semaine au micro de la matinale, Elodie est encore en jeans. Mais bientôt ils laisseront place aux joggings, ça va plus vite à enfiler le matin. Une fois l’antenne rendue et passée à Albert Spano, Élodie Gossuin et Bruno Roblès se prêtent au jeu des questions.

Mediamag : Élodie, après avoir animé la matinale de NRJ aux côtés de Manu pendant la saison 2011/2012 vous voici de retour à la radio le matin. Comment vous êtes vous préparée à ce changement de rythme ?

Élodie Gossuin : Je ne m’y suis pas préparée, j’ai fait la grasse matinée jusqu’au dernier moment. Depuis la reprise, je me ménage un moment de récupération d’une heure en début d’après-midi et je me cale sur le rythme de mes enfants. Ils vont se coucher à 20h30 et moi à 21h30, ce qui me permet de faire des nuits corrects. Je vis au jour le jour et ne pense qu’au contenu de l’émission de demain pour ne pas penser que je m’apprête à faire un marathon et savourer chaque émission.

Mediamag : Quel est votre secret pour tenir le rythme effréné de la matinale toute l’année ?

Élodie Gossuin : Il faut justement ne pas essayer de récupérer un rythme normal dans la journée, mais rester en décalé en faisait justement une sieste en début d’après-midi. Avoir une vie aussi saine que possible. La vie sociale le soir c’est impossible. Je m’impose un certain rythme et une certaine hygiène de vie. Les enfants m’aident car je me cale sur leur rythme.

Mediamag : Comment avez-vous préparé votre rentrée avec Bruno Roblès, votre nouveau partenaire ?

Élodie Gossuin : On se connaissait un petit peu, mais on s’est retrouvé en amont. On s’est parlé de nos vies pour mieux se connaître et finalement on est complémentaires. On a la sensation de se ressembler et on a la même vision de l’émission, c’est important pour avancer ensemble en étant solidaires. J’ai l’impression ici d’appartenir à une famille, j’ai été intégrée à l’équipe dès le départ. RFM c’est une radio qui me ressemble, je me sens complètement RFM. Il y a une belle générosité. Je suis avide d’apprendre et 3 heures de direct le matin c’est une école incommensurable. La radio c’est l’échange, le partage avec l’auditeur. On ne peut pas tricher à l’antenne… Pour revenir à la question, une semaine avant la rentrée, on a fait des trainings.

Mediamag : N’est-ce pas compliqué d’arriver pour remplacer Justine Fraïoli ?

Élodie Gossuin : Dès qu’il y a un changement, c’est complexe pour l’auditeur car il a besoin de fidélité. Les premiers retours sont très positifs. Il y a une vraie cohésion à RFM. Justine nous envoie des tweets. Il y a un vrai suivi des animateurs et je n’ai donc ressenti aucune difficulté. J’ai autant à souhaiter la bienvenue aux auditeurs qu’ils ont à me la souhaiter.

Mediamag : Vous vivez dans l’Oise et avez donc pas mal de route à faire le matin. Est-ce que cela vous angoisse ?

Élodie Gossuin : Il faut être bien réveillé dès le départ au volant. La route c’est une fatigue supplémentaire mais avec 4 enfants j’ai déjà une certaine organisation. Je trouve du positif dans tout, c’est un choix. C’était ma volonté de revenir en radio le matin. C’est un choix familial.

Bruno Roblès et Elodie Gossuin animent Le Meilleur des Réveils sur RFM

Mediamag : Bruno comment se passent vos premières émissions avec Elodie Gossuin avec qui vous partagez désormais le micro ?

Bruno Roblès : Ça se passe bien, Elodie est de bonne composition. Elle connait déjà la radio pour en avoir déjà fait. Elle replonge dans le rythme effréné de la matinale. Elle est généreuse et spontanée et surtout plus posée que moi qui suis le mauvaise élève du duo.

Mediamag : Le changement de co-animatrice se passe-t-il bien ?

Bruno Roblès : Forcément, c’est différent (d’avec Justine). Il faut s’adapter à la personnalité de chacun. « Le meilleur des réveils » est une émission qui fonctionne bien depuis 4 ans. On a gardé 90 % de la formule. Élodie arrive dans une émission qui marche et c’est rassurant. Il lui faut juste un temps d’adaptation.

Mediamag : Quels conseils lui apportez-vous, vous qui avez déjà de nombreuses années de matinale à votre actif ?

Bruno Roblès : Il faut qu’elle prenne ses marques. Nous avons fait des trainings, mais les directs sont plus intéressants même si elle a déjà fait de la radio. Il faut qu’elle reste elle-même et sa personnalité arrivera au gré des émissions lorsqu’elle aura assimilé le squelette de l’émission. Je la mets en confiance pour qu’elle donne le meilleur. Il faut aussi avoir une hygiène de vie irréprochable. L’hiver, c’est le plus dur. Dès novembre, ça devient difficile.

Mediamag : A vous écouter, votre duo semble déjà bien fonctionner à l’antenne…

Bruno Roblès : Ce n’est pas si surprenant… On a réussi à trouver un rythme dès les premières émissions, on se coordonne naturellement, ce qui augure une belle saison. Je suis un peu un chef d’orchestre. Elle sait déjà quand parler et quand s’arrêter. C’est déjà rodé.

Mediamag : Quelles sont les nouveautés de la rentrée, hormis l’arrivée d’Élodie ?

Bruno Roblès : Les news café, des petites infos légères à partager autour de la machine à café. Mais une matinale adulte c’est compliqué à faire car il faut installer une certaine sécurité pour l’auditeur, des habitudes, des rendez-vous qu’il ne faut pas changer si ça fonctionne. On fait des aménagements au coup par coup, à dose homéopathique. Par exemple, on va avoir des invités le vendredi. Quand on a une bonne formule, on la garde. Il ne faut pas perturber l’auditeur.

Crédit Photos : RFM