Après avoir écouté son titre « Fête de trop », nous nous sommes intéressés à ce jeune rappeur à l’élocution théâtrale. Rencontre avec Eddy, amoureux du monde de la nuit, et fervent défenseur des dictions compréhensibles.

Avant tu habitais à Créteil dans le Val-de-Marne, non loin de Paris. C’est ici que tu as commencé à écrire ? 

Oui, cette ville a fait partie de mes influences directes. C’était mon contexte social donc forcément, tu es nourri par l’endroit où tu grandis.

D’autre part, tu fréquentes beaucoup le monde de la nuit. C’est lui qui t’a donné le déclic de la chanson ? 

A force de rencontrer les mêmes personnes, les mêmes effets, il y a une mélancolie qui se met en place. J’ai toujours aimé faire la fête, mais il y a un moment tu te questionnes sur la vie que tu as envie d’avoir. C’est là qu’une grosse mélancolie arrive et te fait questionner sur le sens que tu portes à tes activités. « Est -ce que ce sera la fête de trop ou pas ? » C’est un peu la question.

Comment tu t’organises au niveau du processus de composition ?

Je commence par les mots puis ils induisent une mélodie. Puis, je la mets en forme sur un piano. Et là, magie !

Avec Eddy, pas de fioritures, pas d’artifices. Le décor qui lui convient : une entrée qui fait « crade ».

Ce qu’on remarque tout de suite chez toi, c’est ta diction très claire… C’est fait exprès ?

Je viens du théâtre donc l’envie de se faire comprendre est toujours là. Je trouve ça dommage quand quelqu’un veut dire beaucoup de choses, mais qu’on n’arrive pas à le comprendre. L’envie de connaître, d’en apprendre et de comprendre passe par la diction. Chaque voyelle claque, frappe, frotte et tape dans l’oreille du public.

Tu as publié le clip « Fête de trop »… En le regardant, on se dit qu’il est assez « home-made », brut !

J’essaie d’être le plus sans filtre possible… Cet exercice me plaît beaucoup. Axel Morin a réalisé ce clip, de manière très simple et frontale en faisant confiance au poids des mots. Je voulais qu’on me voit au plus sincère possible… Pour te dire, j’ai même demandé qu’on me rajoute des rougeurs !

Ton premier EP sort en octobre… Tu peux nous en dire plus ?

Oui ! Ce que vous pouvez savoir c’est qu’il y aura 4 thèmes différents, donc 4 titres : la fête, la virilité, la banlieue et les réseaux de drague.
En attendant la sortie de son disque, voici un live très esthétique, filmé dans le hall de la Mairie de Paris, lors du Fnac Live.