C’est dans sa nouvelle pièce Le temps qui reste que l’on peut retrouver Philippe Lellouche et sa bande, David Brécourt, Christian Vadim, Noémie Elbaz, tous les jours au théâtre de la Madeleine à 21h. Une comédie, mais aussi une ôde à la vie, à la fois drôle et émouvante.

Toujours accompagné de la même bande d’acteurs, Philippe Lellouche signe cette fois-ci dans « Le temps qui reste » une nouvelle pièce mise en scène par Nicolas Briançon sur les thèmes de l’amour et de l’amitié avec un message important à faire passer.

C’est donc l’histoire de quatre amis d’enfance se retrouvant à l’enterrement du cinquième d’entre eux, mort à 50 ans. Face à cette épreuve difficile, les quatre personnages vont réagir différemment, ce qui les amènera à faire le bilan de leur vie, et les poussera à quelques révélations. Entre frustrations, regrets, ou secrets inavoués,  ils vont s’écouter et s’entraider pour puiser le meilleur de ce qu’il leur reste à vivre.

Ainsi, ces relations de confiance et de bienveillance entre les personnages amèneront certains à se révéler plus qu’ils ne le pensaient, pour laisser place à des situations plutôt cocasses dont le spectateur ne peut que savourer en se laissant emporter par le public hilare.

Cette pièce est bien construite, les monologues ne sont pas trop longs, on s’oublie parfois spectateur et l’on se croirait presque dans le salon des personnages. Philippe Lellouche et ses comparses font en effet preuve d’un jeu d’acteurs permettant au spectateur d’oublier son rôle, le renvoyant presque à pouvoir être l’un des leurs. Ce côté vrai et naturel des personnages dans leurs dialogues est sûrement dû à leur amitié réelle hors du théâtre, et à certains aspects de l’intrigue pouvant être autobiographiques pour certains d’entre eux, mais aussi à la mise en scène par Nicolas Briançon. Le jeu de Noémie Elbaz un peu plus théâtral ne nous laisse pas moins apprécier cette pièce mais nous recadre peut-être un peu plus dans notre rôle en mettant de la distance entre l’acteur et le spectateur.

Le message qu’a voulu faire passer Philippe Lellouche est clair : profiter de ce que la vie nous offre. Qu’importe ce que l’on a vécu, la pièce se veut optimiste en montrant que l’on peut arriver à bout de ses angoisses ou de ses peines mais surtout qu’il faut suivre ses envies à tout âge et pour cela, ne pas trop s’attarder sur le passé, au risque d’en oublier le présent. Sur les thèmes de l’amitié, et de l’amour, le message est donc passé, et nous en sommes ressortis plus positifs qu’à l’arrivée.

Une pièce à voir donc….en famille ou entre amis !

Infos pratiques : Le temps qui reste de Philippe Lellouche
Du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 16h au Théâtre de la Madeleine 
19 rue de Surène – Métro Madeleine (8,12,14)