Avec “Otaké” Les Chevaliers du Fiel présentent un spectacle essentiellement musical mais pas seulement.

Les Chevaliers du Fiel commencent “Otaké” dans la peau des frères “slamois”, d’élégants slameurs en vestes blanches qui font des rimes sur… les supermarchés ! Le ton est donné, “Otaké” sera largement consacré à la musique, mais pas uniquement.

Leu postulat de départ : Fleur Pellerin, l’ancienne ministre de la Culture, “fleur qui a fané”, “qui a été sortie du vase”, les a sollicités alors qu’elle était encore en activité pour qu’ils dénichent des artistes de province, les futures stars de demain.

L’occasion pour Eric Carrière et Francis Ginibre de sortir de la remise leurs anciens personnages chansonniers. A ceux-là, s’ajoute une galerie de nouveaux personnages tant artistes que loufoques.

Ainsi, se succèdent sur scène, Jean-Paul André, l’accidenté nucléaire qui imite les loups engoncé dans son k-way jaune fluo ; Calimero, un chanteur mélange de Cali et Calogero ; Jean-Claude C, le cousin de Francis Cabrel avec qui “Le Chêne Liège” devient une hilarante “combinaison beige” ; ou encore le frère d’Anne Hidalgo, un danseur étoile.

Francis, dans son tutu,  interprète “la première danseuse qui a plus de poils que de sein”. Une fois son tutu enlevé, il se glisse dans la peau de Steeve Pujade, un crooner obsédé, qui finira en string.

Il devient ensuite un triple sosie (Daniel Guichard, Nicolas Sirkis et Claude François) puis Bernardo, un chanteur mal parlant et mal entendant, qui donne un sketch désopilant pour le public mais sans doute difficile à jouer pour les comédiens.

Eric, quant à lui, se glisse notamment dans la peau de Magali, serveuse nymphomane des Pyrénées, dont les paroles sont toutes censurées.

“Otaké” c’est aussi l’occasion de faire revenir sur scène les agents municipaux de “La Brigade des Feuilles”, précédent spectacle des Chevaliers, en grève contre l’installation de GPS sur leurs brouettes. Ils termineront par leur chant des municipaux, “feuilles, râteau, c’est bientôt l’heure de l’apéro”…

“Otaké” se termine par une comédie musicale et patrimoniale sur Jeanne D’Arc, “celle qui avait des couilles”, qui avec ses lumières bleues, blanches et rouges prend l’allure de pamphlet qui résonne au mieux en cette période.

Pour le rappel, Jean-Paul André rapporte sa guitare pour une “Simca 1000” reprise par toute la salle. Chansons que le public attendait depuis le début du spectacle.

Ce spectacle, dont la mise en scène est signée Roger Louret, comporte de très belles lumières.

Les Chevaliers du Fiel seront de retour à Paris à la fin de l’année avec un nouveau spectacle, dont l’écriture est déjà pas mal avancée.

“Otaké” jusqu’au 28/02 au Palais des Sports de Paris. Puis en tournée : le 03/03 à Angoulême, le 24/03 à Roanne, le 25/03 à Porcieu, le 31/03 à Lyon, le 01/04 à St Etienne, le 05/07 au Grau du Roi, le 25/07 au Cap d’Agde, le 03/11 au Mans, le 05/11 à Rennes, le 10/12 à Nantes…