Depuis trois ans, Chris Evans endosse le costume de Captain America. Habitué aux films d’actions aux effets spéciaux impressionnants, c’est dans un tout autre registre qu’on découvre l’acteur en cette rentrée avec Mary ou l’histoire d’un homme qui va tout faire pour obtenir la garde de sa nièce surdouée alors que sa mère est décédée et que sa grand-mère veut à tout prix l’élever pour en faire un génie des mathématiques.

 

La première bonne surprise de ce film c’est Chris Evans. Une interprétation juste, parfois très drôle d’un oncle prêt à tout pour protéger sa nièce et essayer de lui offrir, comme il peut, une vie « normale ». Son duo avec la jeune Mckenna Grace fonctionne à merveille entre celle qui est déjà un peu trop adulte et celui qui ne l’est peut-être pas encore assez. A seulement dix ans, cette actrice a déjà tout d’une grande : tantôt énervante, drôle, intelligente, surprenante, émouvante. Octavia Spencer qui joue le rôle de la voisine est fidèle à elle-même et amène un petit vent de fraicheur et d’humour comme elle seule a le secret.

Pour un film dramatique, Marc Webb arrive à éviter les pièges du genre à part peut-être une musique un petit peu trop lourde par moment et parfois inutile. Cependant le tout reste très joli à regarder, il nous émeut, nous fait rire et nous fait réfléchir quant aux destins de ces enfants prodiges. Quelle est la meilleure enfance pour eux ? Quel est le bon choix à faire quant il s’agit du destin d’un enfant ?

Le film a toutes les qualités pour réunir les petits comme les grands, la preuve en est puisque le film de Marc Webb a remporté le Prix du public au 43e Festival de Deauville qui se déroulait il y a quelques jours.