« Empruntez, remontez, transformez… » Tel est le crédo de l’équipe du Mashup Film Festival pour cette édition 2017 qui s’avère résolument pop !

Depuis le 2 juin, différentes salles de cinéma dans toute la France projettent des créations originales un peu particulières puisque ce sont toutes des mashup.

Mais au fait, c’est quoi le mashup cinéma ?

Pour faire simple, un mashup ciné mélange, mixe et relie différentes images vues auparavant dans des oeuvres audiovisuelles. Les réalisateurs de ces derniers s’en donnent à coeur joie pour remodeler le langage cinématographique ! Par exemple, vous pouvez voir un David Bowie se transformer en Bela Lugosi… Tout cela mêlé à des tableaux de Munch dans Munchsferatu, de Julien Lahmi. C’est donc un exercice artistique qui requiert de la passion, du temps, et un peu de connaissance en matière de 7ème art.

Comment travaille un mashupeur ?

Il y a deux genres : ceux qui doivent re-regarder tous les films qui les intéressent, et les autres qui se souviennent de chaque passage, chaque citation, chaque moment culte. (Autant vous dire qu’on aimerait bien avoir leur mémoire visuelle). Après avoir organisé un plan de réalisation dans sa tête, le réalisateur se met au montage qui peut prendre des jours comme des mois sur des logiciels tels que Logic Pro X, Première etc. Par exemple,  le mashup spécial Scarlett Johansson a pris une semaine de montage à Johanna Vaude. Sur celui-ci, elle a ajouté la voix de Scarlett quand elle chante dans le film Deux soeurs pour un roi.

Pour Hell’s Club, Antonio Maria Da Silva a tout fait… De tête ! Il n’a même pas eu besoin de regarder tous les films crédités dans son mashup. On peut y voir notamment Tom Cruise, Al Pacino, John Travolta, Arnold Schwarzenegger, Cameron Diaz, Ewan McGregor, Tom Cruise, Sharone Stone… Tout ça sous un fond d’un mix entre « Stayin alive » des Bee Gees et « The Wall » de Pink Floyd . Un travail titanesque pour rendre à l’image, un résultat plus précis que jamais.

Michel Hazanavicius, initiateur du mouvement

Le réalisateur oscarisé pour The Artist avait diffusé en 1993 Le grand détournement : la classe américaine qui reprenait des extraits de films de Warner Bros réalisés entre 1952 et 1980, avec un épisode de la série Maigret. Il est aussi le parrain de l’édition 2017 du mashup film festival.

Pour mieux comprendre ce nouveau langage cinématographique à la fois avant-gardiste et populaire, rendez-vous ici pour connaître les évènements autour de chez vous : http://mashup-film-festival.com . A savoir que le festival est accessible à tous grâce à un visionnage des films et de certains événements en ligne.