Les 22 et 23 juillet, l’Hippodrome de Longchamp recevait pour la première fois le festival itinérant Lollapalooza. Nous revenons sur la première expérience parisienne orchestrée par l’imposante société d’organisation de spectacles, Live Nation.

Pendant 2 jours, les festivaliers ont dansé, chanté et profité du son sur les “terres de Paris ouest”. Venus du monde entier (Allemagne, Etats-unis, Italie…), ils se sont retrouvés en nombre pour la première édition française du festival.

Un line-up alléchant

Concernant la programmation, il y en avait pour tout le monde. Rockeurs et lovers se sont retrouvés ensemble pour profiter des artistes tous plus éclectiques les uns que les autres. The Weeknd, Lana Del Rey, Red Hot Chili Peppers, DJ Snake, London Grammar…Etaient là pour répondre aux différents goûts des spectateurs.

Un rythme soutenu 

« Pas le temps de niaiser » comme certains disent. Là-bas, les concerts s’enchaînent très rapidement : les deux scènes principales étant côte à côte, le timming est bien serré.

En tout cas, il n’était pas question de traîner ou de faire 3000 rappels côté artistes car sinon, on aurait assisté à un brouhaha général. Le tout en tant que spectateur, était d’avoir une position stratégique, entre les deux scènes, pour espérer être bien placé.

Des foodtrucks partout

Question « bouffe », no problem. Les festivaliers avaient le choix parmi plein de stands pour se rassasier…Et surtout se régaler ! Cuisine Mexicaine, Africaine, Américaine et Française étaient au rendez-vous. Il y avait même une partie “gastronomique” : en effet, Jean Imbert avait créé un espace culinaire, le « LollaChef », en rassemblant plusieurs chefs et leurs plats signatures.

Le plein de paillettes

Côté style, les festivaliers s’étaient donné le mot : “on se barbouille de paillettes sur le visage” et « on met des couronnes de fleurs » ! Un peu à la mode Coachella quoi. Mais c’était peut-être aussi pour se faire repérer… Figurez-vous que l’agence de mannequins Ford avait envoyé ses casteurs pour trouver ses futurs modèles dans le public du festival.

Le Lollapallooza parisien s’est terminé avec les concerts des Red Hot Chili Peppers et DJ Snake, confirmant une programmation variée et puissante.