Il y a 3 ans, Montoya a commencé à écrire des morceaux. Puis, une fois la phase de création terminée, ils ont choisi de se produire sur quelques scènes. Aujourd’hui, sans label mais à la recherche d’un tourneur, nous les rencontrons pour en savoir un peu plus sur leur musique.

Nous sommes au Festival de Marne, vous connaissez le département ?
A part dire que c’est à côté du 93… Pas vraiment.

Imaginons que vous êtes programmateur d’un festival, vous avez carte blanche. Qui programmeriez-vous et quel serait le nom de cet évènement ?

On peut faire un festival avec que des groupes « morts » ! Il s’appellerait le « I will survive festival » avec Queen, Marvin Gaye, ACDC, Blond Redhead et Gloria Gaynor en maîtresse de cérémonie.

img_0045

A propos de votre nom de groupe, on a fait quelques recherches à propos de Montoya et on a trouvé comme homonyme : un footballeur espagnol et un pilote automobile colombien… Du coup, d’où vient « Montoya » ?
Le nom vient de Princess Bride, un film de Rob Reiner qu’on a beaucoup aimé. Inigo Montoya est l’un des personnages principaux qui nous a beaucoup inspiré quand on était petit.

Sur votre page facebook, vous vous décrivez comme un groupe « indie pop »…
C’est toujours compliqué de trouver le genre mais c’est aussi cliché de dire « on aime pas mettre d’étiquettes ». On est passé par plein de choses : au début les gens disaient « c’est un peu folk-électrique » parce que nos chansons ont une base assez folk dans notre écriture… En live c’est un peu plus « rock », en studio ça va être un peu plus « pop »… C’est un peu un mélange de tout ! On aime bien être schizophrènes… Peut-être que dans deux ans il y aura écrit « éléctro-grunge » (rires)

Vous avez sorti votre EP « On the Hill » accompagné d’un clip du titre « We are on the hill » qui est plutôt placé sous le signe des années 50… Pourquoi ?

On a rencontré Damien Bonnaire, un réalisateur super créatif qui était très motivé. On a discuté de l’idée ensemble et lui l’a emmenée dans son univers, avec quelque chose de rétro. L’idée c’était de parler de la libération de l’après-guerre avec un peu de dérision. Ça a créé un clip assez légé et décalé… Ça fait du bien !

Vous êtes en préparation d’un éventuel album ?

Sur les 6 mois à venir, le but est de retourner en studio et d’enregistrer un deuxième EP. On voudrait le sortir avec un clip et un spectacle en live.

Et sinon au niveau de votre playlist, ça donne quoi ?

Bon Iver, Kevin Morby, The Who, Beyoncé, Radiohead !

Pour finir, décrivez votre groupe avec des smileys :

Montoya