La septième édition du festival Séries Mania s’est tenue au Forum des Images à Paris du 15 au 24 avril dernier. Nous y avons découvert des séries prometteuses.

Séries Mania c’est le rendez-vous annuel des sérivores. Débats, avants-premières, masterclass… Chaque année le programme est très riche. Voici les séries que nous avons pu apprécier.

American Crime

Comme American Horror Story, American Crime est une anthologie, c’est-à-dire que chacune des saisons est indépendante et développe une histoire qui lui est propre, sans lien avec les autres saisons. Diffusée en France sur Canal + Séries, la saison 2 d’ American Crime tourne autour de l’agression sexuelle d’un lycéen par des membres de l’équipe de basket de son lycée. Sa mère – interprétée par une Lili Taylor très convaincante en mère courage – va alors se battre pour faire éclater la vérité envers et contre tout.

Les acteurs Connor Jessup et Lili Taylor dans "American Crime"

© ABC/Ryan Green

La série dépeint des États-Unis contemporains : le lycée privé pour riches pour qui seuls la future levée de fonds et le maintien de la réputation comptent – très bien incarnés par Felicity Huffman qui, après avoir été la Desperate Housewives Lynette Scavo pendant plus de 10 ans, est la très active directrice de l’établissement  ; le rapport des jeunes au sexe ; leurs usages aux réseaux sociaux ;  les clivages entre riches et pauvres, entre noirs et blancs…

American Crime est plutôt lente, dramatique et bien réalisée, proposant régulièrement des plans fixes sur fond noir où les personnages s’expriment. Taylor, l’adolescent abusé, est interprété par Connor Jessup, un jeune acteur canadien plutôt prometteur.

The People v. O.J. Simpson : American Crime Story

Encore inédite dans tous les pays francophones, cette série est aussi une anthologie. La première saison est consacrée au procès d’O.J. Simson, célèbre ancien joueur de football américain, accusé d’avoir tué son ex-femme et le nouveau compagnon de celle-ci. L’histoire est basée sur le livre de Jeffrey Toobin : The Run of his Life : The People v. O.J. Simpson.

Cuba Gooding Jr interprète OJ Simpson dans la série "The People Vs OJ Simpson : American Crime Story"

© Ray Mickshaw/FX

Diffusée aux États-Unis sur FX,  American Crime Story est réalisée par Ryan Murphy, à qui l’on doit déjà Nip/Tuck. On y retrouve David Schwimmer – qui a pris un coup de vieux depuis l’époque où il incarnait Ross dans Friends – aux côtés de l’excellent Cuba Gooding Jr dans la peau de l’ancien sportif. Schwimmer interprète l’avocat Bobby Kardashian – le père de Kim K dans la vraie vie – qui a défendu O.J. Simpson. Il est d’ailleurs questions des sœurs Khloé et Kourtney Kardashian dans le premier épisode, au moment de l’enterrement de Nicole Brown, l’ex-femme d’O.J. Hébergé par son ami Bobby, O.J. tentera même de se suicider dans la chambre de Kimmy… autrement dit Kim Kardashian.

David Schwimmer interprète l'avocat Bobby Kardashian dans "The people vs OJ Simpson : American Crime Story"

© Michael Becker/FX Networks

L’histoire se passe donc en 1994, époque du meurtre, deux ans après les émeutes qui ont suivi l’affaire Rodney King. Une période où les noirs se sentent traités différemment des blancs par la police.

Cuba Gooding Jr livre une belle prestation dans ce rôle d’O.J. Simpson. A l’écran, il semble vieilli, est toujours dans l’énervement. Pendant la masterclass qui a suivi la projection, l’acteur a admis avoir certains point communs avec O.J. Simpson : il est aussi marié à une femme blanche, il vit également à Brentwood, il est père d’une fille assez jeune… Mais a tenu à préciser : “J’incarne juste O.J. Simpson, je ne suis pas lui, je ne lui ressemble pas.” Il n’a jamais rencontré le footballeur mais se souvient qu’au moment de l’arrestation de ce dernier, en 1994, il était en train de jouer au hockey et a vu des hélicoptères passer pour suivre et filmer la course poursuite entre d’O.J. Simpson et la police.

Cuba Gooding Jr en masterclass au festival Séries Mania

Cuba Gooding Jr a notamment joué dans le film Jerry Maguire le rôle du footballeur – déjà à l’époque – Rod Tidwell. Lors de la diffusion d’un extrait de ce long métrage, encore habité par son personnage, l’acteur a rejoué la scène au Forum des Images. Un grand moment.

En France, les droits de The People V. O.J. Simpson : American Crime Story ont été achetés par le groupe M6. La saison 2, déjà en cours d’écriture, abordera l’Ouragan Katrina qui a ravagé la Louisiane.

Jour Polaire

Jour Polaire est une coproduction franco-suédoise. Déjà diffusée sur SVT, chaîne publique suédoise, la série sera diffusée sur Canal + probablement à la rentrée prochaine.

Midnight Sun – de son titre original – est réalisée par les Suédois Måns Mårlind et Björn Stein, les créateurs de Bron, la série qui avait donné lieu à l’adaptation Tunnel, déjà sur Canal +. Jour Polaire c’est une intrigue franco-suédoise, emmenée par Kahina Zadi, enquêtrice française interprétée par Leïla Bekhti, qui va se rendre en Suède pour élucider la mort d’un Français.

Affiche de la série "JOur Polaire" avec Leïla Bekhti

© Mathieu Zazzo/Canal+

La toute première scène de l’épisode 1 est choc, avec l’apparition du premier cadavre, interprété par Denis Lavant. Le ton est donné : il va y avoir des morts.

La série évoque aussi sort des Samis, ce peuple autochtone brimé et bafoué, comme les Amérindiens ont pu l’être en Amérique. Un sujet rarement évoqué.

Jour Polaire est très bien réalisé et dispose de cet esthétisme nordique offrant à la vue de magnifiques paysages suédois – de montagnes rocheuses enneigées, de pleines vertes… – filmés depuis un hélicoptère. La narration est lente. A la fin des deux premiers épisodes, les cadavres s’empilent sans que les enquêteurs n’aient de pistes. Les personnages sont bien mystérieux. Ils semblent tous avoir quelque-chose à cacher.

L'équipe de la série "Jour Polaire" au festival Séries Mania

Le duo d’auteurs et réalisateurs avait déjà jeté son dévolu sur Leïla Bekhti, suite à sa prestation dans Un prophète, avant même de l’avoir rencontrée. Une aventure qui a tout d’abord effrayé la comédienne qui, à l’époque, ne parlait pas un mot d’anglais. Avant de la “changer humainement”. Leïla a apprécié travailler avec le tandem, présent du début à la fin du tournage, ce qui n’est pas forcément le cas dans les séries où parfois plusieurs réalisateurs se succèdent. Une Kahina qui “s’est fondue” en Leïla. Un tournage éprouvant pendant 5 mois où le soleil ne s’est jamais couché, comme à l’écran. Après une aventure si forte Leïla Bekhti n’est prête à retravailler pour la télé qu’à condition qu’on lui propose au projet tout aussi riche émotionnellement que Jour Polaire. Scénaristes, à vos plumes.

Leïla Bekhti à la présentation de "Jour Polaire" au festival Séries Mania

Nous avons aussi pu découvrir Sam et The Five d’Harlan Coben lors du Festival Séries Mania.