Inertia, c’est l »histoire d’une femme, Mira qui remarque, un matin  que son mari n’est plus là. Elle organise des recherches, mais commence peu à peu à s’adapter à la situation.

Les problèmes commencent quand elle se rend compte qu’elle est beaucoup mieux sans lui.

Tout le long du film, le spectateur est embarqué avec Mira, le personnage principal du film à la recherche de son mari Benny. Mira se fait aider par sa maman. Cette mère sera présente à chaque moment clé du film. Ce qui est frappant se sont ces longs silences. Et Mira se retrouve souvent face caméra à ne rien dire.  Le spectateur est saisi, et l’on se met à souffrir ou douter avec elle. La quasi absence de dialogue renforce également l’importance du jeu de Ilanit Ben Yaakov qui incarne Mira. Et l’on voit bien dans son regard qu’elle ne sait pas si elle doit elle-même croire encore au retour de son mari. Et si finalement ses recherches vont servir à quelques choses. Il semble y avoir un basculement à la moitié du film. Mira semble ne plus y croire et finis par rencontrer un homme prénommé Max qui est joué par Mohammad Barki. La suite, je laisse les spectateurs le découvrir car une surprise inattendue les attend.

Ce que l’on peut dire en conclusion, c’est qu’ Idan Haguel, le réalisateur pose la question que tout un chacun s’est déjà posé : vaut-il mieux être seul que mal accompagné ?


http://