Depuis quelques semaines, l’illustrateur Kyès fait parler de lui par ses œuvres originales. Il met en scène des rappeurs et chanteurs contemporains dans des peintures classiques. Surprenant !

Le projet

C’est sur Instagram que Kyès poste ses illustrations sous le pseudo “kyesone”. A travers des peintures classiques datant du 17e, 18e ou 19e siècle, on retrouve les artistes de notre époque prenant la pause avec noblesse. Tous styles confondus, on découvre alors Benjamin Biolay, Angèle, Ayo ou encore Philippe Katerine et Charlotte Gainsbourg habillés de costumes d’époque et de perruques baroques. Mais aussi, et en grande partie, des rappeurs tels que Kery James, Joey Starr, Soprano, Disiz, Alpha Wann, Oxmo Puccino


Une idée ambitieuse qui nous fait voyager dans un monde où inégalité, ségrégation et racisme n’ont jamais existé.
Un monde aussi où le rap se mêle à la pop et à la chanson française. Et si cela nous surprend encore, c’est pourtant l’un des tournants marquants de l’industrie musicale ces dernières années… Qui avait pu imaginer un duo entre Joey Starr et Nicoletta avant qu’il ne se fasse en 2011 ? Et pour autant, ne sommes-nous pas encore étonnés d’entendre que Vanessa Paradis a accepté un duo avec Nekfeu en 2019 ?

“C’est modestement un hommage que je rends à des personnes que j’aime et que je respecte (…) je trouve que de les représenter ainsi leur donne une dimension poétique “


Pour ce projet, Kyès décide aussi de rendre à la musique ses lettres de noblesse en rendant hommage aux artistes qui soignent autant leurs instrus que leurs textes.

Bref, un projet aussi intrigant que fascinant ! C’est pourquoi nous avons voulu le rencontrer, et l’illustrateur originaire des alentours de Caen (comme Orelsan !) a accepté de répondre à nos questions afin de nous présenter son travail qui est déjà suivi par plus de 16 000 personnes… Rien que ça !

Entretien

Peux-tu nous présenter ton travail ? Comment tu t’y prends pour réaliser tes portraits ? Tout est digital ?
Ce sont des montages à partir de peintures existantes du 17,18,19e siècle et de photos d’artistes. J’essaye d’intégrer au mieux la photo à la peinture en redessinant par dessus et en jouant sur la lumière. Enfin je recolorise l’ensemble. Finalement le plus compliqué c’est de trouver la combinaison qui marchera bien. Je regrette de ne pas avoir pris le temps de mentionner l’artiste à l’origine de chaque peinture. J’ai commencé au début mais pour certaines j’ai eu du mal à retrouver les noms donc j’ai laissé tomber.


” Pour moi le rap c’est de la poésie contemporaine. J’aime cette manière de se réapproprier la langue française et d’en faire quelque chose de complètement différent.”


Comment t’es venue cette idée de faire voyager les artistes dans une autre époque ?
Ça m’amuse tout simplement et je trouve que de les représenter ainsi leur donne une dimension poétique. Je précise que tous les artistes que je fais sont des gens que j’ai écoutés ou que j’écoute encore. C’est modestement un hommage que je rends à des personnes que j’aime et que je respecte.

Pourquoi choisir en partie des rappeurs ?
J’ai commencé par des rappeurs car j’en ai beaucoup écouté à l’époque… Encore aujourd’hui d’ailleurs, mais je suis un peu plus sélectif quant au contenu des textes. Pour moi, le rap c’est de la poésie contemporaine.
J’aime cette manière de se réapproprier la langue française et d’en faire quelque chose de complètement différent. Je parle des débuts du hip-hop car aujourd’hui on peut dire que le rap et complètement ancré dans son époque. Il était beaucoup plus difficile de percer dans les années 90 et le discours était, pour moi, beaucoup plus politique et revendicatif.
Je ne fais aucune différence entre rap et variété, ce qui m’intéresse c’est d’entendre des textes inspirés sur des musiques originales…
La Rumeur, Dominique A, pour moi, c’est le même combat.

As-tu un message à faire passer à travers ces illustrations ?
Pour être sincère je ne me pense pas légitime à faire passer des messages mais s’il devait y en avoir un ce serait : “aimons-nous vivants !” (dixit François Valéry ).

Tu commences à acquérir une notoriété grâce au relais des artistes et des médias…
Pour l’instant, je kiff.

Tu fais aussi des illustrations pour enfants ?
Oui, après la naissance de ma fille j’ai eu envie de faire un petit livre pour enfant, mais l’histoire que j’avais imaginée ne me convenait pas. Du coup, j’ai décidé de mettre ces quelques illustrations en ligne.

On le remercie pour cet entretien et on vous invite à découvrir son profil sur Instagram @kyesone.