Ce mercredi, sort en salles « Game Night », une excellente comédie d’action que l’on doit à la même équipe qui avait déjà produit les hilarants « Comment tuer son boss » 1 et 2. Dans « Game Night » on retrouve Rachel McAdams, qui a bien changé depuis le long-métrage « Lolita malgré-moi » où elle interprétait la peste Regina George…

Max et Annie (interprétée par Rachel McAdams) organisent chaque semaine une soirée jeux de société avec leurs amis. C’est d’ailleurs lors d’une soirée jeux dans un bar qu’ils s’étaient rencontrés. Pour leur mariage, ils avaient ouvert le bal avec une partie de Dance Dance Revolution, ce jeu vidéo d’arcade où il faut suivre les indications colorées des cases au sol. C’est dire s’ils sont passionnés de jeux de société.

Interprété par Jason Bateman, qui est également producteur de « Game Night », Max voit son frère aîné, Brooks, débarquer en ville pour quelques jours. Il va lui aussi participer aux soirées jeux. Mais, exubérant et vantard, il va vouloir organiser LA meilleure soirée jeux dans sa maison de location, en ayant recours à une Murder Party. Mais,  le jeu va tourner au vinaigre avec au programme vrai enlèvement, réels criminels… Tout s’embrouille si bien qu’on ne sait plus s’il s’agit d’un jeu ou de la réalité, si les méchants sont des comédiens engagés pour la murder party ou des tueurs à gage…  Une soirée riche en émotions pour tous les joueurs mais qui permettra aux deux frères, parfois rivaux, de se rapprocher.

Affiche du film "Game Night"

Le spectateur assiste alors à de vraies courses poursuites en voiture. Les scènes d’action sont bonnes. Le film est très drôle grâce à de bons dialogues et à certains passages désopilants, comme le moment où il est question de Denzel Washington, ou la partie de Jungle chez Gary, le voisin d’Annie et Max, qui est flic et un peu flippant… Mais on en dira pas plus, on vous laisse découvrir. On apprécie aussi l’apparition assez courte mais sympathique du comédien Michael C. Hall.

Dans « Game Night », tout fait référence aux jeux, à commencer par le générique où défilent pions de Monopoly, Cluedo et autres jeux de société. Il y a également un clin d’œil à « Fight Club », ce « loisir de riches ».

Côté bande-son on est gâtés aussi : le film commence par « Don’t Stop Me Now » de Queen et se termine par « We are the champions » du même groupe. Des moments où on a envie de chanter dans la salle obscure.