A Valberg au cinquième jour du festival, les masters se terminaient avec le gala de fin de masters et la remise des prix.

Pour l’avant dernière soirée du Off nous avons assisté au spectacle de David Buniak, composé de plusieurs sketchs dans lesquels il interprète différents personnages. Le plus hilarant d’entre eux : la Brésilienne travestie du Bois de Boulogne. Un personnage haut en couleurs qui a su faire rire toute l’assistance. David Buniak a également interprété son sketch sur la “Tour de contrôle” au sein de laquelle plus personne n’est capable de répondre. L’humoriste a également évoqué la malchance avant de terminer par le “Club Hamed”, le club de vacances de Daech.

Pour le gala des masters, l’ensemble des humoristes ayant joué dans la catégorie masters ont présenté un spectacle inédit spécifiquement écrit pour l’occasion. Ce show avait pour thème les coulisses du festival et de la vie des humoristes. Benjy Dotti et Cyril Etesse ont commencé par un sketch – très drôle imitant Chevallier et Laspalès – sur le SAV du Festival. Ils en ont bien profité pour se moquer de Valberg, ses voiturettes électriques, les organisateurs du festival et les employées de l’office du tourisme de la station – qui nous ont très bien accueilli toute la semaine – pour qui “le wifi ne fonctionne pas quand il y a trop de vent”.
Pour le côté coulisses de l’humour, Alexandre Barbe a interprété un chauffeur de salle bien lourd. Il était hilarant dans la peau de ce personnage. Fanny Mermet avait écrit un sketch sur les autres métiers qu’un humoriste pouvait faire pour gagner de l’argent. Benjy Dotti a, lui, raconté sa participation à la croisière “âge tendre et jambe de bois”, où il a croisé de “vieux chanteurs [qu’il] croyait morts” : Régine, Serge Lama, Julio Iglesias… qu’il a su imiter avec brio.

Anthony Joubert et Cyril Etesse avaient écrit un sketch autour d’un quiproquo : tout ce que les humoristes sont capables de faire pour obtenir un rôle. Il s’agissait ici d’un film sur les boules (pétanque, billard, bowling…) mais que les deux comédiens avaient pris pour un “film de boules”… Le texte à double sens prêtait à confusion rendant la situation cocasse et à mourir de rire.
Anthony Joubert a également enseigné à la salle quelques techniques de self-défense pour éviter de se faire agresser par un voleur de téléphone portable dans Valberg, mais il est tombé sur un os… Le spectateur qu’il a désigné pour monter sur scène pour jouer l’agresseur était le plus grand de la salle et … prof de boxe ! Un beau moment.
Fabienne Durand nous a fait rire aux éclats dans la peau de Soeur Pillère, la mère supérieure d’une école catholique qui avait très envie de voir un homme.
Enfin, Alexandre Barbe est revenu sur scène avec sa guitare pour chanter quelques chansons sur les animaux avant que Smaïn, l’un des parrains du festival, ne conclut avec son tout premier sketch joué en cabaret, un mime.

Nous remettons les prix de l'énergie à Anthony Joubert

La soirée s’est terminée par la remise des prix à tous les participants.

Le jury de journalistes – dont nous faisions partie – a eu pour mission de décrire ce prix en un mot pour chaque artiste.
Nous avons eu l’honneur de remettre “le prix de l’énergie” à Anthony Joubert après avoir pris bien cher pendant tout le spectacle, étant placés au premier rang.

Revivez le festival : Jour 1 / Jour 2 / Jour 3 / Jour 4