En son 2ème jour, le Festival du Rire à Valberg a vraiment débuté avec les premiers artistes en off et aux masters.

Chaque année, des artistes passés l’année précédente par les masters reviennent pour le Off. L’occasion pour eux non pas de présenter un extrait de 20 minutes mais leur spectacle dans son intégralité.

Le premier artiste du Off 2016 c’est Jeanfi. Steward chez Air France, il a pris une année de congés pour s’adonner à sa passion : l’humour, avec son one man show “Jeanfi décolle“.
Son spectacle est centré sur son métier de steward dont il partage de nombreuses anecdotes assez drôles. Natif de Maubeuge dans le Nord, ses origines Ch’ti sont aussi très présentes sur scène, déjà ne serait-ce que par son accent. Il évoque aussi son homosexualité (dans le Nord, les homos sont appelés “Marie Toutoul”) sans aucun tabou. Avec quelques grossièretés, ce spectacle n’est pas adapté à un jeune public, surtout lorsque Jeanfi évoque quelques détails de ses escales à Bangkok dans les ping-pong show avec ses collègues.

Les principales victimes de ce show ? Ses parents qui prennent très cher…avant que Jeanfi ne leur fasse une déclaration à la fin de son show qui se termine au son de “Je vole” de Louane.

Chaque soir, après l’artiste du Off, trois humoristes se succèdent sur scène dans la catégorie des masters. Ils proposent une vingtaine de minutes de leur one-man show.

  • Pour la première soirée, Cyril Etesse, notamment passé par “On n’demande qu’à en rire”, a ouvert le bal. Avec son débit de mitraillette, il est revenu sur ses débuts de comique dans les petits cafés-théâtre. Très énergique, il a ensuite parlé des rediffusions et bêtisiers télévisés qui rendent fou. Il a également évoqué ses souvenirs télévisuels de “Scoubidou” dans “Récré A2”.
  • Puis, Laurence Ruatti est arrivée depuis le public en maire nouvellement élue de Glaïeul les Glaoui grâce à son slogan “Unissons-nous pour nous donner la main, tous ensemble, tous ensemble ouais, ouais”. La comédienne a ensuite joué l’interview de l’édile sur Glaoui FM. Une scène dans laquelle elle réussit avec brio à interpréter tous les personnages : l’animateur radio, la maire, les auditeurs… Enfin, elle a terminé par la célébration d’un mariage finalement annulé entre 2 spectateurs du premier rang.
  • Pour clore cette première soirée de masters, place à Benjy Dotti, imitateur et caricaturiste. Très fan de télé, lui aussi, il parodie les animateurs du PAF : Laurent Ruquier qui reçoit Titoff – l’humoriste Marseillais assurera la clôture du festival de Valberg vendredi soir – Jean-Marie Bigard, mais pas Paul-Loup Silitzer… Benjy Dotti imagine aussi un Téléthon – hilarant – qui serait présenté par Patrick Sébastien et ses grivoiseries. Mais, là où l’humoriste est le meilleur, c’est dans ses imitations de chanteurs. Chez les Enfoirés, c’est la guerre entre Michel Polnareff et Pascal Obispo qui ne peuvent pas se voir. Ce dernier est déçu par un Polna “qui ne vaut plus rien”. Dans les Enfoirés de Dotti, aucun membre de la troupe ne veut s’approcher le la loge de Zaz où les odeurs détonnent. Une Zaz dont les paroles sont devenues hilarantes sous la plume de Benjy Dotti : “Donnez-moi du Palmolive j’en ferai quoi…” ? “Du déo je n’en mets pas…” !

Enfin, il a terminé par une parodie de “The Voice” où ce sont les stars de la chanson françaises qui viennent piéger un jury qui ne les reconnait pas… Bruel, Diams (sous une burqa) et Johnny Hallyday qui s’énerve : “Quoi ma gueule, pourquoi tu ne te retournes pas”… Des notes de musique sur lesquelles le public a terminé hilare.