A l’affiche au Théâtre de Dix Heures, la pièce « Doudou » brille par son originalité.

Doudou c’est Edouard, interprété par Benjamin Tranié (moitié du duo Benj et Alex, notamment vu la saison dernière dans « La Grosse émission » sur Comédie +), qui va naviguer entre honte et dignité après que sa femme, Aurélie, l’ai trompé puis quitté. Tout au long de la pièce, ce personnage va être le fil conducteur d’une histoire œuvre atypique.

« Doudou » c’est une comédie de boulevard très drôle mais surtout très originale dans sa narration et sa construction très innovantes. L’histoire de Doudou est raconté par un narrateur – entrecoupée par des séquences de radiophoniques de « Doudou Radio » et par l’arrivée d’Eric Delcourt – qui joue un metteur en scène, métier qu’il exerce dans la vie. On est à la fois dans la pièce et dans l’écriture de la pièce. Des genres pas évident à mélanger car le spectateur peut très vite se perdre avec ces multiples situations narratives. Mais ici ce n’est pas le cas et c’est même plutôt bien réussi.

« Doudou » commence par une vidéo qui installe la situation. D’autres suivront. Loin d ‘être de trop, elles apportent du grain à l’histoire. Cette pièce de écrite et mise en scène par Yassine Belattar, Thomas Barbazan et Arnaud Barbé a aussi un côté très moderne avec l’utilisation des technologies (vidéo, projections…) mais aussi par l’utilisation de l’espace de la salle d’où surgissent certains acteurs.

Affiche de la pièce "Doudou" écrite par Yassine Belattar avec Benjamin Tranié

On a failli pas voir Aurélie – c’était déjà le cas dans la pièce « Les Favoris » d’Eric Delcourt – où Camille, la principale intéressée n’apparaissait jamais. Mais heureusement Elsa De Belilovsky arrive avant le tombé de rideau.

Chacun des personnages est la plupart du temps en monologue. Pas évident car il n’y a quasiment pas de décor ni d’accessoires non plus si ce n’est une chaise, une perruque et une épée en plastique. Néanmoins, les comédiens s’en sortent très bien.

Bien inscrite dans son temps, cette comédie de boulevard évoque aussi d’autres auteurs de théâtre contemporains – comme Florian Zeller ou Franck Le Hen – dans une scène où les comédiens imaginent jouer dans une pièce écrite par ces dernier. L’écriture est bonne, le jeu des comédiens aussi. On passe un très bon moment.

« Doudou » au Théâtre de Dix Heures tous les jeudis à 21h30 jusqu’au 27 décembre.