Une note suffisait pour les reconnaître. Au piano comme à l’harmonica, les mélodies composées par Ennio Morricone ont marqué de leur empreinte l’histoire de la musique et du cinéma. Le célèbre compositeur italien est décédé ce matin à l’âge de 91 ans des suites d’une mauvaise chute.

Plus de soixante-dix ans de carrière

Né en 1928 à Rome, Ennio Morricone grandit auprès d’un père trompettiste de jazz dans des orchestres. Ce dernier l’inscrit à l’Académie Sainte-Cécile où il décroche un diplôme de trompettiste en 1946, puis direction d’orchestre en 1954.

A la fin des années 1950, Ennio Morricone compose des arrangements pour la télévision, se faisant ainsi remarquer par des réalisateurs. En 1961, il débute avec Il Federale de Luciano Salce.

Il s’essaie également au monde de la chanson en composant deux albums pour la diva (et compatriote) Milva avec l’album Dedicato A Milva Da Ennio Morricone en 1968 et pour Mireille Mathieu en 1974. La même année, il arrange plusieurs titres de l’album Anima de Richard Cocciante.

Pour une poignée de succès…

Mais c’est grâce à de grands réalisateurs comme Bernardo Bertolucci, Dario Argento ou encore Sergio Leone que la carrière d’Ennio Morricone décolle à l’international, notamment avec les western spaghettis Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’Ouest ou encore Il était une fois la révolution.

En France, Ennio Morricone compose la bande originale du Clan des Siciliens d’Henri Verneuil et celle du Professionnel avec Jean-Paul Belmondo.

Pendant près de vingt ans, son style est souvent imité mais jamais égalé. En 1971, Michel Polnareff lui rend hommage en composant le thème principal du film La Folie des Grandeurs, dont le style s’inspire beaucoup de celui d’Ennio Morricone. Plus récemment, la marque suédoise H&M a repris le thème The Esctasy of Gold pour sa campagne de pub.

Chaque nouvelle composition s’accompagne d’un succès retentissant, comme en témoigne ses nombreuses distinctions : 11 Nastro d’Argento, 6 BAFTA, 3 Golden Globes, 3 Grammy Awards et 2 Oscar (dont un décerné en 2007 pour l’ensemble de sa carrière).

Le maestro italien laisse derrière lui plus de 500 musiques pour une centaine de films.

Aujourd’hui, l’harmonica d’Il était une fois dans l’Ouest semble bien mélancolique…