C’est sous un beau soleil que nous avons passé notre dimanche au festival éco-responsable We Love Green. En plus de profiter des nombreux concerts, nous avons dégusté un banquet organisé par la marque Tabasco à l’occasion des 150 ans de la marque. 

Le Bois de Vincennes accueillait le week-end du 2-3 juin le festival très tendance en Ile-de-France : le « We Love Green ». Rassemblant plus de 60000 festivaliers autour d’une programmation éclectique, l’évènement est de plus, très engagé à sauvegarder la nature qui l’entoure. «Quelles sont nos ressources et que pouvons nous produire?» telle est la question que se pose les organisateurs lors du festival.

Nous nous sommes donc rendus le 3 juin où Björk, Tyler The Creator, Charlotte Gainsbourg, King Krule, The Internet, Father John Misty, Nina Kraviz, Daphni, Mount Kimbie, IAMDDB, Agoria, Oumour Sangaré, Yaeji, Moha La Squale, Young Marco, Superorganism, Moritz Von Oswald, Gus Dapperton, Deena Abdelwahed, Big Freedia, The Kite String Tangle, Evergreen, Uncle O, Konbini Radio étaient conviés à jouer pour le plus grand plaisir des festivaliers.

Avant tout cela, nous avons pris des forces en prenant la direction d’un banquet où nous avons pu déguster des mets et rencontrer le chef Tabasco international Gary Evans

A l’heure du déjeuner, nous nous sommes entretenus avec lui pour en savoir un peu plus sur son rapport à la cuisine lors d’un tel évènement…

Gary Evans, chef Tabasco international ⓒTabasco

Cuisiner pour un festival est-il différent ? 

Oui, c’est surréel d’être installé dans un festival autour d’autant de monde ! Quand on cuisine, la musique vient de partout car on est entouré de scènes : une à gauche, une à droite. On entend beaucoup de bruit et on ressent les basses ! Mais c’est top de travailler en musique, cela motive. Cependant, les conditions sont assez difficiles en festival car vous devez avoir tous les ingrédients du menu sur vous quand il faut s’installer, car il n’y a pas de cuisine. Vous devez donc savoir combien de personnes vont venir pour ne pas manquer de nourriture. La bonne organisation est de mise.

Pour ce festival, vous avez imaginé avec d’autres chefs un menu spécial…

Oui, il est assez léger tout en mêlant différentes influences : africaines, mexicaines, françaises…

Oeuf du diable

Falafel maison et hummus

Comment bien doser la sauce Tabasco si on ne veut pas avoir à boire de l’eau toutes les secondes ?

C’est comme du poivre ou du sel. Il faut assaisonner un peu, tester, en rajouter, re-tester… Tout dépend du goût des personnes autour de vous.

Tacos au poulet et à la patate douce

La musique est-elle importante en cuisine ? 

Je mets toujours de la musique quand je cuisine et cela m’inspire. Quand j’étais jeune chef, on mettait tout le temps la radio. Pendant le service, on l’éteignait pour entendre les demandes. Mais en général, c’est très agréable, relaxant et apaisant.

Yaeji en set techno sur la scène du Think Tank

Après avoir dégusté ce bon banquet, nous sommes retournés écouter les différents artistes programmés lors de cette journée ensoleillée. Les scènes n’étant pas très éloignées les unes des autres, il était parfois possible d’entendre un mix de la techno de Nina Kraviz sur « un lit » de titres poétiques et complètement planants de Björk… Doux mélange des saveurs, encore une fois !

Björk devant une foule de festivaliers

Dans l’ensemble, le We Love Green a su se distinguer encore une fois par son respect envers la nature et ce que nous offre la planète en proposant des animations, des stands de préventions ainsi que des conférences.