Ce samedi 14 septembre, le rappeur américain Common se produisait sur la scène de l’Elysée Montmartre pour sa seule date dans l’hexagone, quelques jours après la sortie de son 12e album Let Love. Retour sur ce concert d’exception et focus sur ce nouvel album.

Originaire de Chicago, figure du rap conscient, et engagé pour la lutte contre le racisme et les inégalités Common s’est rapidement créé une place dans le hip-hop il y a 30 ans. Après une carrière dans le cinéma et douze albums plus tard, il revient aujourd’hui avec des textes toujours aussi forts pour raconter le monde qui nous entoure, mais sur un thème universel : l’amour.

Un live légendaire !

Pour ce show unique en France, le rappeur de Chicago a littéralement retourné l’Elysée Montmartre. À 47 ans, le rappeur a montré qu’il est l’une des légendes vivantes de la culture hip-hop. Sur scène, il fait le show. En interaction constante avec son public qui connaît les paroles de ses chansons par coeur, il s’arrête même pour s’adresser à certains d’entre eux en plein concert. Ce fut le cas lorsqu’en interprétant son premier single, un fan lui montre a sur lui le vinyle de l’époque. Touché, Common s’interrompt pour remercier ce fan de la première heure et signer sous les applaudissements du public. Déjà conquis, ce public n’est pas au bout de ses surprises !

Réputé pour ses freestyles, Common n’hésite pas à prouver sa créativité en invitant une jeune femme sur scène et pour qui il va improviser un rap avec le peu d’informations qu’il a sur elle. Encore une fois, le public est sous le charme. Le ton est donc donné dès le début du concert.

Un show organisé

Après un medley de ses morceaux légendaires, la pression est palpable, le public est en délire. Alors quand le rappeur fait honneur à la culture hip-hop en réalisant quelques figures de breakdance, celui-ci est dans sa poche. C’est à ce moment que le rappeur de Chicago commence à interpréter son nouvel album. Celui-ci est à son image avec des beats soul et jazz, des refrains chantés créant un climat de sérénité.

Sur scène, l’artiste met à l’honneur ses musiciens. Chacun d’eux a le droit à son solo jusqu’à la fin du concert. C’est d’ailleurs pour ça que les aficionados sont venus, Common a toujours eu un style bien à lui avec ses productions très musicales en mélangeant différents styles.

Let Love, son nouvel album

Let Love, son 12e album est d’ailleurs bien ancré dans ce style jazz hip-hop. Un clin d’oeil à l’un de ses premiers titres phares Used to love H.E.R ravira les fans du rappeur, puisque avec le titre HER love, il déclare une fois de plus sa flamme au hip-hop. Niveau featuring l’album en compte presque un sur chaque titre. On se rappelle encore de ses collaborations avec Erykah Badu et Jill Scott. Cette fois, Jill Scott est encore sur l’album, mais le rappeur a surtout accumulé les collaborations masculines, notamment avec Swizz Beatz, Daniel Caesar ou encore Leon Bridges.

Ses textes travaillés racontent le monde, la société et les inégalités de façon poétique. Pendant le concert, l’artiste n’a cessé de répéter que l’amour prendra le dessus sur les tensions politiques et qu’il sera plus fort que tout. Son intention de mettre l’amour à l’honneur dans cet album il l’explique dans les colonnes des Inrocks : «Je voulais rappeler l’importance de s’aimer dans un monde plongé en pleine crise politique (…) j’aimerais que Let Love fasse du bien à ceux qui l’écoutent, qu’il soit une sorte de petite lumière qui guiderait les gens hors de ce climat hyper pesant ». Et le pari est réussi, puisque, que ce soit en live ou chez soi, dès la première écoute de My fancy future love, God is love ou Show me that you love l’état de quiétude annoncé s’installe immédiatement !

Un grand merci à Common pour ce live incroyable, à Maël Angel et Live Nation. Et une mention spéciale à Sims, qui a assuré la première partie avec beaucoup de talent !