C’est un grand Monsieur de la chanson française qui s’est éteint ce 1er octobre dans son sommeil à l’âge de 94 ans. Charles Aznavour n’est plus mais il nous laisse un héritage musical important (près de 1200 chansons). Mediamag revient sur la carrière longue de soixante dix ans d’un artiste hors norme et immortel. 

Après une énième tournée d’adieu à Bercy et à l’étranger, la voix reconnaissable entre toutes du « Frank Sinatra français » accompagne pas moins de 1300 chansons.

Né le 22 mai 1924 à Paris sous le nom de Shahnourh Aznavourian, Charles Aznavour rencontre Edith Piaf lorsqu’il a 22 ans (cette dernière le surnomme le “génie con”) et l’accompagne au piano pendant 8 ans. S’en suivent des collaborations artistiques avec Juliette Gréco, Patachou jusqu’en 1956 où il signe un contrat avec le producteur Eddie Barclay. C’est le début d’un enchaînement de succès avec les titres : “Tu te laisses aller”, “Je m’voyais déjà”, “La Mamma” pour ne citer qu’eux.

En 1973, il chante l’homosexualité dans “Comme ils disent”. Cette histoire d’un travesti remporta un tel succès qu’elle traversa les frontières sous le titre de “She”. En parallèle, Charles Aznavour a mené une longue et variée carrière en tant qu’acteur, apparaissant dans plus de 80 films et téléfilms.

Il a notamment tenu le rôle principal dans le film Tirez sur le pianiste réalisé par François Truffaut en 1960. En 1979, il incarne un rôle secondaire dans le film allemand Le Tambour (qui remportera l’Oscar du meilleur film en langue étrangère l’année suivante. 

Charles Aznavour, pour qui le succès n’ests arrivé qu’à l’âge de 36 ans, disait ceci à l’AFP :  “J’ai fait une carrière inespérée mais exemplaire, tout est une question de chance. Côté critiques, j’ai été servi: on a dit que j’étais laid, petit, qu’il ne fallait pas laisser chanter les infirmes”, racontait celui que la critique anglo-saxonne avait surnommé à ses débuts “Aznovoice” (jeu de mots signifiant: il n’a pas de voix). 

Depuis le terrible séisme de 1988 en Arménie, il ne cesse d’apporter son soutien au pays d’origine de ses parents grâce à sa fondation Aznavour pour l’Arménie. Sa chanson Pour toi Arménie (1989), enregistrée avec la collaboration de plus de quatre-vingts artistes, se hisse au sommet des hit-parades. Son nom est donné à une place dans le centre d’Erevan, la capitale arménienne et une statue de lui est même érigée à Gyumri, la ville d’Arménie la plus touchée par le séisme de 1988.

Comme une revanche sur tous ceux qui ne lui prédisaient aucun avenir et qui “sont tous morts depuis longtemps, alors que moi… je suis encore là”, cinglait-il.