La version française de “The Hole”, un spectacle de cabaret détonnant, se joue au Casino de Paris jusqu’au 24 janvier. 

Si vous avez envie de rire de blagues grivoises et d’en prendre plein la vue, foncez-y.

“The Hole” c’est un spectacle créé en Espagne et qui a connu un énorme succès de l’autre côté des Pyrénées avec plus de 750.000 spectateurs. Il débarque enfin en France avec une adaptation signée Frédéric Proust. Le texte de cette VF est d’actualité, drôle et bien sûr truffé de références franco-françaises.

Duo d'acrobates aréiennes, les Supernenas, dans "The Hole"

C’est un mélange de cabaret, de cirque, quelque peu inspiré du culte “Rocky Horror Picture Show“. “The Hole” réunit une quinzaine d’artistes sur scène qui n’ont pas froid aux yeux, ni à aucun autre endroit du corps, pourtant ils sont assez peu vêtus. Les (courts) costumes – dont la plupart laissent entrevoir quelques postérieurs – sont signés Nicolas Vaudelet, qui avait signé les costumes de la nouvelle revue du Lido, “Paris Merveilles”, et du prochain spectacle Holiday On Ice, “Believe”. “

“The Hole” propose une galerie de personnages exubérants, tous plus loufoques les uns que les autres, libidineux et réunis pour une fête dans the hole, littéralement le trou. D’ailleurs, celui-ci est représenté sur scène par une géante bouche béante.

Se succèdent ainsi sur scène : un bel ensemble vocal de 4 majordomes qui chantent les Buggles mais aussi Earth Wind and Fire ; Vinila Von Bismarck, effeuilleuse burlesque très tatouée ;  la boule rouge dont on ne sait toujours pas s’il s’agit d’un homme ou d’une femme ; une Marilyn Monroe bien potelée et très aérienne ; le jongleur Jimmy Gonzalez qui jongle avec de la glaise qu’il modèle au fil du numéro, terre qui finira pas être son seul habit ; ou encore Gynoid, pour un strip-tease fluorescent et coloré dans la pénombre.

Strip-tease et live painting par Marta Torres dans "The Hole"

Le plus affamé – des personnages –  c’est sans doute le Pony Loco, une créature bestiale assoiffée de sexe. Qu’il soit en roller ou au cerceau aérien, il n’est jamais très vêtu et se retrouve bien souvent les parties à l’air libre.

Mais le personnage le plus emblématique de “The Hole” c’est sans nul doute son maître de cérémonie, interprété par le comédien Guillaume Carcaud, très surprenant et juste dans ce rôle. On est bien loin de Chantal, la copine de Samantha Oups ou de Victor Lemonnier, le fidèle greffier dans “Alice Nevers, le juge est une femme”. Extravagant, le maître de cérémonie a envie d’aimer – surtout sa ratte -, de faire la fête. Ses dernières paroles, “Paris est une fête…” trouvent une caisse de résonance en cette période post attentats.

Vinila Von Bismarck et Crazy Pony dans "The Hole"

Les artistes sont généreux, sur scène, mais aussi pendant l’entracte et après le spectacle où ils attendent les spectateurs pour photos souvenirs et selfies.

Oserez-vous prendre place au plus près de la scène dans le Casino de Paris transformé en cabaret pour l’occasion. A vos risques et périls car les créatures peuvent être amenées à quitter la scène…

“The Hole” (interdit aux moins de 12 ans) au Casino de Paris jusqu’au 24 janvier. Du mardi au vendredi à 20h30, le samedi à 16h et 20h30 ; et le dimanche à 14h et 17h30.