La comédienne et réalisatrice Axelle Laffont a sorti ce mercredi son premier long-métrage. 

Elise, Sonia et Cécile partent dans le sud de la France, cette dernière doit y vendre sa maison de vacances car son mari est décédé. Elles vont devenir malgré elles les cibles privilégiées de trois jeunes garçons.  Cécile, Sonia et Elise découvrent alors qu’elles sont des… MILF !

Maturité et quinquas, cela voudrait-il dire sensualité en berne ? Et si Axelle Laffont avait voulu nous prouver le contraire… Le premier long métrage de l’humoriste se démarque par son aspect audacieux de vouloir casser l’acronyme MILF.  La manière choisie pour le faire l’est tout autant…

Le terme MILF (Mother I Would Like To Fuck) a pour habitude d’avoir une consonance péjorative dans une époque où l’on se bat contre l’image de la femme objet sexuel. En effet, le sens principal du mot MILF est lié à la pornographie et aux films d’American Pie… Mais cette image est cassée dans le film pour laisser place à une idée de liberté de la femme mûre, belle et désirable.

Pourquoi des jeunes hommes n’auraient-ils pas le droit de choisir d’équilibrer leurs vies avec des femmes plus âgées, de les séduire et de les aimer ? C’est donc la question que nous pose Axelle Laffont dans ce film.

Comment a-t-elle choisi de nous la poser ?

Elle nous est d’abord posée avec humour car Axelle Laffont est humoriste, on se souvient de sa présentation décalée et burlesque de la météo et de son émission CARTE BLANCHE  sur CANAL+. Le choix de la comédie réside dans sa structure narrative qui permet une deuxième lecture à l’image des films burlesques poussant à une lecture entre les lignes.

L’idée pornographique de l’acronyme est ici ridiculisée et le mot MILF est redéfini dans une version moins péjorative et plus en faveur de la Femme, quinquagénaire.

La question nous est enfin posée avec réflexion car il faut voir aussi un côté évolutif dans les personnages qui vont donner un autre sens à leurs vies. De trois histoires de femmes différentes, on arrive au destin de la Femme en général qui a plus de quarante ans et qui a besoin de se sentir toujours désirable. La cinéaste examine les désirs des hommes jeunes et ce qu’ils recherchent chez les femmes plus âgées. Elles scrute aussi ce qui anime ces femmes plus âgées : les trois jeunes hommes représentent trois visions différentes de la sexualité.

Au final ces trois femmes inspirent la sensualité, la stabilité, la fragilité mais aussi la force d’une femme déjà mère.

Ce bon trio d’actrice (Virginie Ledoyen, Axelle Laffont Marie-Josée Croze) évolue en été au bord de la Méditerranée à Saint Cyr Les Lecques, saison banalement propice aux rencontres qu’on n’oseraient pas habituellement. La musique s’apparente à la saison, elle est électrique, sensuelle, rythmée et nous transporte dans la fraîcheur et l’insouciance de la jeunesse.

Au final, maturité, quinqua, MILF, sensualité, désirs… Axelle Laffont a voulu poser une question claire à son spectateur : pourquoi n’êtes-vous pas choqué par un homme en couple avec une femme jeune et pourquoi considérez-vous encore la situation inverse comme un tabou ?

MILF a trouvé une réponse : il fallait ‘’redorer’’ l’image de la femme mûre et lui rendre la reconnaissance dont elle a besoin en tant que Femme pour retrouver une égalité avec les hommes sur le sujet… Pari réussi !