Lors du Festival du Rire en Montagne de Valberg, nous avons interviewé Anthony Joubert, qui concourrait dans la catégorie des masters, en haut des pistes de la station des Alpes-du-Sud. L’occasion pour l’humoriste de nous parler de sa participation au festival, de sa collaboration avec Franck Le Hen et son actualité.

Mediamag : Tout d’abord, pourquoi avoir accepté de venir participer au festival de Valberg ?

Anthony Joubert : Déjà parce qu’à la base, Bernard Lubrano (NDLR : l’organisateur) est un ami de longue date qui m’a vu débuter. Il tenait le festival de Puy-Saint-Vincent et m’avait invité. J’y ai reçu le prix du jury et c’était la première fois que je recevais un prix du jury et non pas celui du public. Car d’habitude je prends toujours celui du public. Ça m’a fait plaisir que Bernard ait pensé à moi. J’avais envie de revoir les copains, de revoir des anciennes têtes. En plus, je connais bien Valberg, j’ai l’habitude de m’y produire dans une résidence.

Anthony Joubert sur la scène du Festival de Valberg

En concourant pour les masters il y a des prix à gagner, on a pourtant l’impression que ta carrière est déjà bien lancée et que tu n’as pas besoin de prix supplémentaire…

Au départ je ne savais pas qu’il y avait un prix en jeu et lorsque j’ai vu ça, j’ai rappelé Bernard pour lui dire que j’avais arrêté de me présenter dans les festivals pour gagner des prix. Je n’aime pas me la péter, mais j’en ai gagné 28. J’ai donc hésité et puis j’étais ravi de revoir les copains.

Anthony Joubert avec sa guitare à Valberg

Le prix que tu vas remporter peut-il avoir une incidence sur ta carrière ?

Pas du tout, je pense qu’il n’y aura aucune incidence. Au contraire, Bernard a fait en sorte que tout le monde gagne. Tout le monde aura un prix, c’est un “L’école des fans”, c’est le côté bon enfant. Le but du jeu c’est de faire un bon spectacle et de se dire dans sa tête j’ai gagné le match.

 A Valberg, il y a un spectacle final inédit écrit et joué par l’ensemble des humoristes. Est-ce que c’est compliqué d’écrire à 9 ? Chacun écrit dans son coin et on enchaine ou est-ce que c’est un spectacle tout en commun ?

J’ai été surpris car personne ne s’est pris la tête. J’ai amené une idée et ça a surenchérit. Bien sûr, il y a des trucs sur lesquels il faut faire très attention : on a tendance à partir sur de la private joke. On peut écrire un truc sur Bernard (NDLR : Lubrano, l’organisateur) mais le public qui va venir ne va pas comprendre. C’est quelque chose qu’on ne peut pas faire. On a tous des petits sketchs qu’on va pouvoir inclure. Mais on a aussi écrit des sketchs en commun où on va tous jouer dedans. Du moins, on va essayer. C’est compliqué de se voir à chaque fois mais on peut y arriver.

Anthony Joubert et Cyril Etesse dan sle spectacle indéit écrit pour la remise des prix des masters à Valberg

Tu as coécrit et joué « La Star et son Gorille » avec Franck Le Hen. Comment sont nées cette pièce et cette collaboration ?

A la base, Franck avait envie d’écrire un truc et moi j’en avais déjà écrit un qui s’appelait “2 frères et une tante”, mais peut-être un peu trop homophobe. C’est d’ailleurs pour ça que je lui ai montré à lui. Et il a aimé. Puis il a écrit un carcan, un squelette de la pièce et moi j’y ai rajouté des vannes., des trucs drôles comme je sais faire et c’est de là qu’est née “La star et son gorille“, une véritable histoire un peu policière, avec de l’amitié… C’est un peu un dîner de cons, c’est ce que je voulais créer.

Anthony Joubert a écrit un sketch inédit pour la remise des prix des matsers à Valberg

Comment as-tu rencontré Franck Le Hen ?  Grâce à ta participation à « Revenir un Jour le Remix » ?

Je l’ai connu avant. Je l’ai rencontré dans une émission de télé qui s’était bien passée, je l’ai trouvé super cool. Il a voulu m’aider à écrire pour “On n’demande qu’à en rire”, mais je lui ai dit : Tu sais, ce n’est pas une pièce, ça doit être très efficace. Franck est très efficace mais sur le théâtre, dans la comédie, sur le jeu, tout ce qu’on a pas le temps de travailler pour “On n’demande qu’à en rire”. Plus tard, on m’a appelé pour faire l casting de “Revenir un jour” et ça a marché. Franck m’a alors dit : Je savais déjà que ça allait marcher. Quand on m’a dit ton nom j’ai dit c’est bon prenez-le de suite.  Avec cette pièce on a lancé quelque-chose… C’est aussi un souhait pour moi qu’elle revienne. J’aimerais bien la reprendre. Franck Le Hen aussi a envie, il l’a écrite avant tout pour Franck des 2be3 qui avait une vraie histoire, ce qui l’a touché.

Anthony Joubert et Terry Cometti à Valberg

Avez-vous d’autres projets communs avec Franck Le Hen ?

Pour l’instant non, avant toute chose la priorité c’est de faire la tournée de “La Star et son Gorille”.

Que devient William de Fly, le personnage avec lequel tu t’es fait connaître dans “La France a un Incroyable Talent” ?

Toujours présent. Dans le nouveau spectacle j’ai voulu l’enlever. Mais il y a des spectateurs qui m’ont demandé pourquoi je l’avais enlevé. Je leur ai ai répondu que c’était le nouveau spectacle. Ils m’ont dit : Non, gardez-le. Et du coup, l’histoire du deuxième spectacle tourne autour de William de Fly, comment est né ce personnage. On le comprend enfin. C’est une véritable histoire d’amour.

Les humoristes en lice pour les masters à Valberg autour de leur parrain, Smaïn

Justement, ton deuxième one man show ne se joue jamais à Paris. Est-ce une volonté de ne le jouer qu’en province ?

C’est à la fois un choix et en même temps ça n’en est pas un : j’aimerais bien que ça passe à Paris, mais le problème c’est qu’à Paris il faut payer pour jouer, et j’ai horreur de ça. Je trouve ça scandaleux. Je ne me sens pas d’arriver avec mon spectacle et de dire : J’ai ça, est-ce que vous pouvez me prendre ?  Je marche bien dans le sud. Je suis quelqu’un qui est timide à la base. J’envoie des mails parfois. Prochainement je devrais arriver au So Gymnase pour un show-case, pour faire découvrir le spectacle, un dimanche. J’ai vu cette salle et j’ai trouvé qu’elle avait l’air sympa. Elle est petite, mais je préfère frustrer un public comme ça quand ça recommence, on aura des réservations. Je ne suis pas très connu à Paris, je ne suis pas une star. J’ai une micro notoriété, je suis connu mais pas trop, j’en ai fait un sketch d’ailleurs.


Son actu :

Anthony Joubert sortira prochainement un album qu’il a réussi, en partie, à financer grâce au crowdfunding.

Il jouera son one man show le 15/03 à Vinon-sur-Verdon ; à Marseille du 22 au 26/03 ; à Aimargues le 16/04 ; à La Rochelle le 06/05 ; à Gond Pontouvre le 07/05 et  à Mercurol le 06/07.

Le 19/03 Anthony jouera “La star et son gorille” avec Stéphane David à Avignon. Le 21/03 il sera à St Rémy de Provence pour animer un plateau d’humoristes.

Le 30/05 mai il se produira au Théâtre du Gymnase dans le spectacle “Bonne année, toute l’année” avec Smaïn, Benjy Dotti, Alex Barbe, Terry Cometti et Cyril Etesse. Un projet artistique né à Valberg.